[Sport] Abus sexuels dans le sport gabonais: le Taekwondo serait lui aussi trempé

[Sport] Abus sexuels dans le sport gabonais: le Taekwondo serait lui aussi trempé
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

Le journaliste Romain Molina, de la rédaction du journal britannique  »The Guardian », a, sur sa page Facebook, fait d’autres révélations sur des attouchements sexuels sur des athlètes, mais cette fois-ci, dans le milieu du taekwondo gabonais. Des révélations qui, de suite, ont fait réagir la Fédération gabonaise de taekwondo.

Après le Football, Romain Molina, l’auteur de l’enquête en rapport avec les abus sexuels dans le milieu du football gabonais, vient encore une fois de plus frapper fort, en pointant du doigt la fédération gabonaise de taekwondo qui, finalement, ne serait elle pas en marge de la besogne qui fait grand bruit dans la presse ces derniers temps.

En effet, Romain Molina a, sur sa page Facebook, ouvertement fait des révélations sur les actes de pédophilie qui seraient aussi orchestrés dans le milieu du Taekwondo gabonais.

À l’entendre, le football gabonais n’est pas le seul sport impacté par des actes de pédophilie posés par des encadreurs sur des athlètes qui rêvent de jouer au niveau professionnel. Le taekwondo serait lui aussi trempé dans cette pratique rétrograde qui entache le domaine du sport au Gabon.

<<Récapitulatif des derniers jours, d’autres noms de coachs en club et surtout l’histoire de Maître Chacka, alias Martin Aveyra. Ce monsieur abuse (en utilisant parfois la force) depuis les années 90 d’adolescents et même d’enfants prépubères. Je publierai tous les détails de cette enquête sur mes réseaux ces jours, et je saisirai également la fédération internationale de taekwondo demain.>>. Tel a été le propos de Romain Molina sur compte Facebook.

Par ailleurs, le bureau de la fédération gabonaise de taekwondo, ayant eu vent de ces assertions du journaliste d’investigation indépendant Romain Molina, a de sitôt réagi par une publication sur sa page Facebook dont la teneur est la suivante :

<<… quoique à la tête de La fédération, depuis seulement quelques mois, la fédération gabonaise de taekwondo n’a jamais été saisie pour une dénonciation pour abus sexuels contre un de ses membres, à quelques niveaux que ce soit et, peu importe l’époque.>>. C’est du moins ce qu’on a pu lire sur la page Facebook de la fédération gabonaise de taekwondo.

Cependant, si ces toutes autres révélations sur le taekwondo sont avérées, le souhait serait vivement que toute la lumière soit faite sur cette affaire; que les auteurs soient naturellement punis au prorata de leurs abus car, il n’y a qu’en punissant véritablement les auteurs de ces actes que de telles pratiques, hors nature, pourraient cesser.

Entre temps, croisons les doigts et espérons que cette pratique n’ait pas été rendue principe obligatoire dans la pratique du sport tout azimut.


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Journaliste

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.