[Société] Tran’ urb: vers la fin de la gratuité du transport en commun ?

[Société] Tran’ urb: vers la fin de la gratuité du transport en commun ?
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

Le Ngori pourrait bientot prendre fin avec Trans’Urb. Le 19 mai dernier à Libreville, a eu lieu une scéance de travail entre le Ministre des Transports, Brice Constant Paillat, son Directeur Général, Joël Lehman Sandoungout et leurs collaborateurs. Au cours de celle-ci, le Directeur Général de Trans’Urb a évoqué les difficultés que rencontrent la société dont-il est le patron. Des difficultés parmi lesquelles figure le retard du versement de la subvention de l’État, ralentissant ainsi  le fonctionnement de la société.

Un bus de la société Trans’Urb en plein chargement des passagers

La société Trans’urb éprouverait actuellement des difficultés financières, dûes aux retards de versement de la subvention qu’est censée lui verser l’État gabonais.

C’est au cours d’une retrouvaille organisée en présence du Ministre de tutelle, que Joël Lehman Sandoungout, Directeur Général de Trans’Urb, a tenu à exposer, auprès de la tutelle, les maux dont fait face cette entreprise, qui a suit faire le bonheur de plus d’un gabonais depuis plus de deux ans, grâce à la gratuité des déplacements à bord de ses nombreux bus.

C’est donc en ces termes que s’est-il exprimé :

« … nous observons des ralentissements dans les décaissements pour notre subvention. En effet, l’absence de subvention conséquente a pour impacts directs l’impossibilité d’achat des pièces détachées pour les bus, l’absence de bases techniques adéquates pour une maintenance optimale des engins et pour le renforcement des capacités des personnels techniques, pour ne citer que ceux-là. Nous savons pouvoir compter sur le Gouvernement pour faire le nécessaire afin de pallier cet état de fait.»

S’exprimant ainsi, le DG Trans’Urb lance là, un cri d’alarme, à l’endroit des autorités, qui, s’il venait à tomber dans les oreilles des sourds, et qu’aucun n’intérêt particulier n’y est accordé, Trans’Urb, qui offre le transport Ngori au Librevillois, pourrait faire face à deux malheuses réalités:

soit supprimer la gratuité et faire désormais payer le transport aux usagers, ou finir malheureusement par sombrer et connaitre un sort semblable à celui de la Société Gabonaises de Transport (SOGATRA).

Ceci étant, le gouvernement est donc attendu en salvateur, afin que cette politique de transport public, lancée en avril 2020 dans le but de soulager les populations du Grand Libreville, dans ce secteur, demeure et se perpétue dans le temps

Pour rappel, selon les chiffres de Trans’urb, l’entreprise a, à ce jour, transporté 17 710 238 passagers en seulement deux ans. Donc, entre 2020 et 2022.

 

CWO


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Éthique Média Gabon

Éthique Média Gabon

Ethiquemediagabon.com est un site généraliste d'actualités; un espace publicitaire, d'annonces et de partage des vues sur la société. L'action sociale est notre leitmotiv.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.