[Société] Gabon : retour à la normale dans le secteur du transport urbain et sub-urbain

[Société] Gabon : retour à la normale dans le secteur du transport urbain et sub-urbain
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

 

Le porte parole du gouvernement gabonais, Alain Claude Bilié-By-Nzé a, mardi 15 mars 2022, annoncé le retour à la normale dans le domaine du transport en commun. C’est-à -dire, plus de limitation du nombre des passagers à bord des véhicules de transports urbains et sub-urbains.

C’est au cours d’une conférence de presse, tenue dans les locaux de la maison George Rawiri, que le porte-parole du gouvernement a précisé la levée des mesures limitant le nombre de passagers à bord des taxis.

A ce sujet, il a apporté les précisions suivantes, afin d’éclairer la lanterne, non seulement des transporteurs, mais aussi des usagers.

<<La mesure portant limitation du nombre de passagers dans les véhicules de transports urbains et sub-urbains, qui était fixé à 9 passagers dans les véhicules de 18 places; 3 passagers maximum dans les véhicules taxis et clandos de 5 places ;  et à 16 passagers assis et 7 passagers debout pour les bus de 30 places, est levée>> a t-il expliqué.

Cependant, il serait bien souhaitable que les professionnels de cette activité puissent, à leur tour, respecter cette annonce des autorités, en mettant en  application les tarifs avant covid-19, bien connus de tous et de la réglementation en vigueur.

Mais en même temps, il revient à chacun, où qu’il soit, de veiller à ce que cela soit respecté, sinon c’est bonjour l’anarchie et la poursuite de la souffrance pour le peuple lambda, qui ne demande que l’assouplissement des coûts sur des biens et services de première nécessité.

Sachons que laisser libre cours au transport, serait leur donner l’ordre tactique de surcharger leurs moyens de transport et demander aux clients de continuer à payer le prix COVID-19, chose très anormale.

CWO


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Journaliste

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.