[Société] Gabon-insécurité: un jeune brutalement molesté par un inconnu aux alentours de l’UOB

[Société] Gabon-insécurité: un jeune brutalement molesté par un inconnu aux alentours de l’UOB
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

Le lundi 12 septembre 2021, un compatriote aurait pris à tabas un adolescent au portillon arrière de l’Université OMAR BONGO ( UOB ) autour de 17 heures, dans le premier arrondissement de Libreville .

Alors que les autorités en charge de l’éducation et de la formation regagnent leurs bureaux pour une rentrée administrative, precurseuse du retour des classes prévu au 27 prochain du même mois, certains compatriotes vicieux s’illustrent par une animosité délirante.

En effet, à cette même date, c’est à dire le 12 septembre, un garçon d’environ 16 à 17 ans se serait fait brutalisé dans les environs de la première université du Gabon autour de 17 heures. « J’étais entrain de passer par là avec mon grand frère vers 17 h, que je suis tombée sur cette bagarre_ un jeune garçon d’environ 16 à 17 ans gémissait à même le sol, se plaignant des douleurs atroces sur son côté gauche. Par instinct maternel, j’ai été epris de compassion pour ce dernier.« , s’exprima une jeune dame.

Hélas, l’auteur de cette aggression n’a pas pu être identifié car il se serait volatilisé juste après l’exécution de son forfait, à entendre la suite du témoignage :  » je n’ai pas pu voir l’homme qui l’a frappé. Il n’était pas plus là. Il devait être beaucoup plus âgé que lui au regard de l’état du jeune homme« 

À ce qu’il paraît, la victime aurait été tabassée sans réelles raisons : « je ne lui ai rien fait ! «  répondit- le jeune homme à une des passantes qui tentait de le raisonner, supposant que cette « bastille » n’était que des représailles liées à un acte posé par l’aggressé à l’endroit de son aggresseur. Cependant, le jeune homme clamait sans cesse son inocessence.

Raisons ou pas raisons, au delà d’être un simple fait divers, cet énième acte de violence repose d’une part, la problématique de l’insécurité règnante advi name eternam aux abords de ce temple du savoir. Ce portillon, en permanence grandement ouvert, est la voix d’accès de certains malfrats. Ceci est d’autant plus marqué que le système de sécurié qui y était reste inexistant depuis plusieurs mois déjà . En plus, durant les congés de la grande saison, cette zone de l’institution se fait remarquée par des grandes herbes à aveugler ses passants.

D’autre part, on perçoit là une nouvelle interpellation de nos dirigeants éducatifs sur la problématique de sécurisation des établissements scolaires de notre pays.

Des années déjà, ce au-delà des multiples et louables efforts consentis par les autorités en place, notamment avec l’instauration d’une police scolaire à l’intérieur des établissements, l’on déplore encore des vols, braquages et aggressions, etc, à répétition aux alentours de certains lycées et collèges de la capitale.

C’est donc ici le lieu de convoquer qui de droit quant à l’impérieuse nécessité de repenser le problème afin d’y trouver une solution définitive.

A.O., pour la Rédaction d’Éthique Média Gabon


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Journaliste

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.