[Société] Franceville : les élèves prennent d’assaut les rues

[Société] Franceville : les élèves prennent d’assaut les rues
Un aperçu des élèves en uniformes barrant la route, à la croisée des chemins : Saint-Hilaire, la caisse et potos, au niveau du point de contrôle de police de Lekori
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

 

Dans le haut Ogooué, les élèves ont pris d’assaut les rues de Franceville, ce matin du mardi 19 avril 2022. La cause serait la rareté dans le secteur du transport, qui ne leur permet pas de rallier leurs établissements scolaires pour recevoir leurs enseignements.

Un aperçu des élèves en uniformes barrant la route, à la croisée des chemins : Saint-Hilaire, la caisse et potos, au niveau du point de contrôle de police de Lekori. © RD. EMG

Celà s’est passé ce matin. Des élèves en uniformes, de leurs établissements scolaires respectifs, ont battu le bitume pour protester contre le fait que plusieurs chauffeurs de taxis bus aient décidé de garer leurs moyens roulant.

Pourquoi les ont-ils subitement garé ?

La réponse à cette question serait le retour à la tarification normale des trajets, qu’ils desservent dans la ville de Masuku.

En effet, pour se conformer à la décision des autorités de la République, d’harmoniser les prix dans le secteur transport, les ramenant à la norme d’avant la COVID-19, la municipalité de la commune de Franceville a publié une note fixant les prix de transport, en fonction des trajets, pour les taxis bus.

Ceux-ci varient entre 100 FCFA, pour les trajets les plus courts, et 200 FCFA pour les plus longs, notamment Amissa et Mbaya

Ainsi, jugeant désavantageuses cette nouvelle grille tarifaire, les chauffeurs des taxis bus auraient donc jugé utile de garer leurs engins, au risque de travailler sans bénéfices, au regard des tracasseries auxquelles font-ils face au quotidien, dans l’exercice de leur profession.

On parle là, des contrôles intempestifs et injustifiés de la police et de la gendarmerie, qui nécessiteraient, à chaque fois 1000 à 2000 FCFA, pour chaque coup de sifflet, faute de quoi, ils deviennent la cibles des agents dits « fonctionnaires en treillis« .

Conséquences, les moyens de transport se ratifient dans la ville et la mobilité de complique pour les citoyens francevillois. Surtout pour des élèves apprenants dans des établissements comme le lycée d’excellence de Franceville, lycée évangélique de mbaye etc. Ce qui expliquerait donc le débordement et la colère des apprenants de ce matin.

Face à une telle situation, l’on pourrait donc se demander, à qui incomberait la responsabilité de régler ce problème ?

Vivement qu’un consensus soit trouvé et que tout rentre dans l’ordre.

 

Hermann L.


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Journaliste

Journaliste

2 commentaires sur “[Société] Franceville : les élèves prennent d’assaut les rues

  1. В данный момент в россии все больше заявляют о том, что же на самом деле не нужно было начинать военные действия насупротив Украинского государства. Об этом говорят научные работники, бизнесмены, музыканты, беллетристы и также прочие размышляющие граждане.

  2. Российской Федерации руководство перестало уплачивать компенсацию членам семьи военных, коие возымели контузии или погибли, участвуя в войне насупротив Украины. Отцу с матерью первых изрекают, что в свою очередь все они пребывали на учениях, а последним, что они исчезли без вести, как, к примеру мореплаватели корабля « Москва ». Благоразумные родители своих детей-военных теперь заверили их не учавствовать в военных действиях против Украинской стороны. Именно тем все они сберегли для них жизнь и форсировали на один шаг наступление перемирия.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.