[Sécurité] Gabon: des personnes aux allures suspectes se feront désormais interpellées

[Sécurité] Gabon: des personnes aux allures suspectes se feront désormais interpellées
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

Le commandant en chef des Forces de police nationale (FPN) a, dans un communiqué publié la semaine dernière, indiqué que 1500 policiers seront déployés sur le territoire national, avec pour mission, la lutte contre l’insécurité au Gabon et le suivi du respect des mesures gouvernementales de lutte contre la covid-19, mises en place depuis plus de 2 ans déjà.

Des éléments de la police nationale lors de l’une de leurs interventions. ©RD EMG

La Police Nationale semble avoir choisis de passer à la vitesse supérieure, dans le cadre de sa mission de lutte contre l’insécurité au Gabon, et de celle du suivi du respect des mesures restrictives de lutte contre la covid-19. Mesures édictées par les autorités compétentes.

A cet effet, ce sont 1500 policiers qui seront déployés à travers les neuf provinces du Gabon, pour mener à bien ces missions.

«… les policiers ainsi déployés auront pour missions d’intensifier les patrouilles pédestres et motorisées, contrôler et interpeller les individus suspects, veiller à l’application stricte des mesures gouvernementales contre la Covid-19, intensifier les patrouilles sur la façade maritime, …», a t-on pu lire de ladite note de service.

Pour se faire, cette tâche sera dirigée ainsi que le détaille cette note de service.
«… à Libreville, la coordination des équipes déployées sur le terrain sera assurée par le chef d’Etat-Major des polices d’intervention, assisté du préfet de police adjoint. A l’intérieur du pays, la coordination sera assurée par les directeurs généraux des polices urbaines et les commissaires de ville.»

Pour ce qui est des quotas, les 1500 agents de la force publique affectés à cet effet sont répartis ainsi qu’il suit:
_ 500 dans le Grand-Libreville (Estuaire);

_ 150 à Franceville, Moanda et Mounana (Haut-Ogooué);

_ 100 à Lambaréné (Moyen-Ogooué);

_ 100 à Mouila (Ngounié);

_ 100 à Tchibanga (Nyanga);

_ 100 à Makokou (Ogooué-Ivindo);

_ 100 à Lastourville (Ogooué-Lolo);

_ 100 à Port-Gentil (Ogooué-Maritime); et

_ 150 à Oyem et Bitam (Woleu-Ntem).

Toutefois, il est bien vrai que chaque jour qui passe, plusieurs citoyens vivent et décrient des cas de violence, de vols, de braquage etc., qui sont des manifestations de l’insécurité grandissante observée à travers le pays, mais l’on est quand-même tentés de bien vouloir se poser la question de savoir la vrai opportunité et la réelle nécessité de cette opération, quand on sait que, malgré la présence systématique et permanente des agents des forces de sécurité et de défense sur le terrain, plusieurs citoyens se font toujours malmener par ces autres fonctionnaires de l’état qui opèrent dans les rues( jeunes chômeurs et braquers), parfois même au vu et au su de la force publique.

Pire encore, plusieurs cas de vols et de braquage, dont les auteurs sont des hommes en treillis, ont toujours été signalés dans ce pays.

Le souhait serait donc, que la rigueur et du sérieux soient de mise mise lors de la sélection des aucuns et des autres, pour qu’il n’y ait pas parmi eux des ripoux, des petits boureaux de la population, pour qui la présence des forces de sécurité dans la ville devrait inspirer confiance et assurance.

CWO


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Journaliste

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.