Politique

Politique : le MCVL et l’UPR font chemin pour l’équilibre démocratique du pays

Politique : le MCVL et l’UPR font chemin pour l’équilibre démocratique du pays

Le Mouvement Citoyen des volontaires des Libertés (MCVL) et l’Union pour la République(UPR) ont décidé de s’unir et de faire chemin ensemble, en tant que partis politiques centristes. Tout ceci dans l’optique de contribuer à l’essor politique, démocratique et socioéconomique du Gabon.

C’est le 25 janvier dernier que l’accord de partenariat a été acté entre le parti appelé Union pour la République (UPR) et le Mouvement citoyen des volontaires des Libertés (MCVL) dont le président national est monsieur Emmanuel Mvé MBA.

Signé au siège de l’UPR, le partenariat entre ces deux partis médians vise, entre autres comme objectifs, la valorisation et le respect des droits humains, le respect des libertés fondamentales, de la dignité humaine, la réconciliation nationale, l’accessibilité et la priorité nationale. Le tout, pour un GABON D’ABORD, cher à feu Président Léon Mba.

Rappelons que, en tant que parti centriste et inclusif, le MCVL d’Emmanuel Mve Mba fonde son idéologie politique sur la promotion de l’État de droit et la consolidation de l’unité nationale, entre autres.

Aussi, alors que le Gabon court vers l’organisation d’un de ses scrutins électoraux les plus importants de son histoire, ses acteurs politiques sont désormais en mouvement pour tenter de trouver, stratégiquement, la formule qui permettrait aux uns et autres de mobiliser davantage de populations autour de leur idéologie politique.

C’est donc dans cette optique que des blocs et regroupements de partis politiques se font ici et là. C’est le cas d’ailleurs pour “le Bloc des Centristes”, né le 25 janvier dernier après la signature de partenariat entre le MCVL et l’UPR.

Ainsi, se positionnant entre la majorité présidentielle pour l’émergence, dont le chef est Ali Bongo Ondimba, et les regroupements des partis politiques de l’opposition, le Bloc des Centristes compte à présent cinq (5) partis politiques et reste ouvert pour des nouvelles adhésions.

Les partis signataires de cette charte des Centristes sont les suivants :

– Mouvement Citoyen des Volontaires des Libertés (MCVL ), Président national : Emmanuel Mvé Mba,

– L’Union Pour la République (UPR), Président : Gervais Oniane,

– Rassemblement Dynamique Populaire (RDP), Président : Joe Royembo,

– Parti Populaire du Gabon (PPG), Président : Alain Ella Assoumou,

– Parti Démocratique Républicain (PDR), Président : Etienne Mouinga.

Comme nous enseigne l’histoire, “Par- dessus tout, l’élaboration de politiques constructives nécessite une coalition des personnes et des peuples”.

UNO

Habitat: le Gabon veut encadrer le prix des loyers

Habitat: le Gabon veut encadrer le prix des loyers

Faisant face aux députés, le 24 janvier dernier, lors de la déclaration de sa politique générale, le Premier ministre chef du gouvernement, Alain Claude Bilie-By-Nze, est revenu sur la problématique des loyers au Gabon. Une préoccupation devenue un véritable casse-tête chinois pour les populations, qui sont pour la plupart économiquement faibles. À ce sujet, Alain Claude-Bilie-By-Nze a promis d’y jeter un regard particulier pour tenter de soulager les gabonais.

Un engagement du Premier ministre qui, une fois concrétisé, sera d’un grand apport pour les populations qui, au quotidien, subissent des injustices venant des propriétaires des maisons, encore appelés bailleurs, avec la fixation anarchique des prix qui, parfois, se fait selon la tête du client.

En effet, il est important de souligner que, le secteur de l’immobilier au Gabon n’est pas encadré. C’est donc l’anarchie totale qui règne en maître et plane à tous les niveaux de la société. Ce qui d’ailleurs, semble faire du locataire, un sans droits. Quelqu’un pour qui les droits peuvent être impunément violés par les bailleurs.

C’est donc dans l’optique d’établir de l’ordre dans ce secteur, tout aussi important pour les populations que pour l’État, que le Chef du gouvernement entend y jetter un coup d’œil assez particulier.

Rappelons d’ailleurs que cette volonté de structurer le secteur de l’immobilier au Gabon avait déjà été émise par l’ancien ministre de l’Economie, Jean-Marie Ogandaga qui, en 2018, avait invité les propriétaires des maisons en location de se faire enregistrer à la Direction générale de la concurrence et de la consommation. L’objectif visé étant de faire appliquer l’article 8 de l’ordonnance N°1 /87 du 26 février 1987. Malheureusement, de l’expression de cette volonté, rien de concret n’y était sorti.

Vivement donc, que cette fois soit la bonne, afin que les gabonais soient un temps soit peu allégés dans ce sens.

CWO

Renouvellement du CGE : les Partis politiques de l’opposition se font la guerre

Renouvellement du CGE : les Partis politiques de l’opposition se font la guerre

Réunis récemment autour du ministre de l’Intérieur, Lambert Noel Matha, dans le but de renouveler le bureau du Centre gabonais des élections(CGE), dissout par la Cour constitutionnelle des jours avant, les partis politique de l’opposition devraient, après concertation de leur côté, proposer une liste consensuelle de ses membres pour intégrer le nouveau bureau en vue. Selon des sources sûres et concordantes, l’opposition aurait déposé deux listes différentes.

Alors que l’élection présidentielle approche à grands pas, l’opposition gabonaise semble déchirée de l’intérieur depuis l’annonce du renouvellement du bureau du CGE, dissout par la Cour constitutionnelle pour inconformité à la loi gabonaise établie à cet effet.

En effet, le Corp, regroupement d’environ dix Partis politiques, et le PG41, dirigé par l’opposant Maitre Louis Gaston Mayila, n’approuveraient pas la liste déposée par le mouvement Alternance 2023, dont, Paulette Missambo est la présidente en exercice.

Un mécontentement qui sans doute, fragilise la classe politique de l’opposition gabonaise, à seulement huit mois de l’élection présidentielle de 2023. Un scrutin très attendu par cette même opposition qui, en 2016, avait fortement contesté la victoire d’Ali Bongo Ondimba, président en exercice de la République gabonaise.

Nous ne concevons pas que la présidente en exercice de l’Alternance 2023 puisse être concomitamment pour la dynamique en gestation et contre cette même dynamique unitaire’’, a confié Clay Martiel, porte-parole du Corp, à notre confrère RFI.

De son côté, Louis Gaston Mayila, qui a déposé la deuxième liste, indique qu’aucun responsable de l’opposition ne se serait rapproché de lui pour lui parler d’une supposée dynamique unitaire.

Ceci étant, comment peut-on espérer battre le Parti démocratique gabonais(PDG), au pouvoir depuis plus de 50 ans, et soutenu par ses partis alliés de la majorité présidentielle, avec une opposition qui se déchire et se divise contre elle-même ?

Toutefois, rappelons que le Centre Gabonais des Élections (CGE) est une organisation paritaire, composée de la majorité et de l’opposition, pour l’organisation des échéances électorales au Gabon.

CWO

Statut d’acteurs culturels : Max-Samuel Oboumadjogo exhume le dossier

Statut d’acteurs culturels : Max-Samuel Oboumadjogo exhume le dossier

Le 20 janvier dernier, lors du Conseil des ministres présidé par le président de la République Ali Bongo Ondimba, le projet de loi portant sur le statut de l’artiste et de l’acteur culturel en République gabonaise a été introduit par le ministre gabonais de la Culture et des Arts, Max-Samuel Oboumadjogo.

Ayant trouvé l’assentiment des ministres présents à ce Conseil des ministres, ledit projet a été adopté, et devrait donc suivre le cours normal avant d’être promulgué par le président de la République.

Selon la procédure, celui-ci devrait passer en examen auprès des deux chambres du parlement, notamment l’Assemblée nationale et le Sénat, avant de franchir l’étape de la promulgation par l’exécutif.

Cependant, il est important de rappeler que ce projet de loi, présenté par Max-Samuel Oboumadjogo, est loin d’être le premier du genre. Car, avant celui-ci, et l’initiative d’Alain-Claude Bilie-By-Nze, actuellement Premier ministre, à l’époque ministre de la Culture et des Arts, un projet similaire avait été présenté et adopté en Conseil des ministres.

Mieux encore, ce dernier avait atteint l’étape de l’examen au niveau du Parlement. Mais, avait-il malheureusement été retiré par la suite du circuit, pour des raisons qui n’avaient, à l’époque, pas été rendues publiques.

Malgré ce fait, nombreux sont ces acteurs culturels qui sont et restent confiants, pensant que cette fois-ci pourrait être la bonne, au vu des actions déjà menées par l’actuel ministre de la Culture et des Arts. Mais aussi, de la position qu’occupe actuellement Alain Claude Billie-By-Nze, l’un des rares ministres de la Culture qui avait pensé à soumettre un tel projet de loi au gouvernement lors de son passage audit ministre.

Toutefois, faut-il le souligner, ce projet de loi, s’il est promulgué et mis en exécution, sera d’un grand apport pour l’ensemble des acteurs culturels gabonais qui, depuis des années, se battent, tant mieux que mal, par le talent pour hisser haut les couleurs du Gabon.

CWO

[Gabon] politique : communiqué final du conseil des ministres du 20 janvier 2023

[Gabon] politique : communiqué final du conseil des ministres du 20 janvier 2023

Le vendredi 20 janvier 2023, sous la Très Haute Présidence de Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, Président de la République, Chef de l’Etat, le Conseil des Ministres s’est réuni dès 10h  au Palais de la Présidence de la République.

A l’ouverture des travaux, le Conseil des Ministres a félicité le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA pour son engagement constant à œuvrer au dynamisme de la Sous-région Afrique Centrale.

En effet, à l’invitation de Son Homologue et Frère,

Son Excellence Teodoro OBIANG NGUEMA

MBASOGO, Président de la République de Guinée

Equatoriale, le Chef de l’Etat a effectué une visite de Travail et d’Amitié à Malabo le mercredi 18 janvier 2023.

Au cours de leur rencontre en tête-à-tête, les deux hautes personnalités ont abordé les problématiques régionales, continentales, internationales ainsi que les questions d’intérêt commun.

Dans ce sens, les deux Chefs d’Etat ont réaffirmé leur détermination à lutter contre les changements climatiques. Ils ont convenu de renforcer la lutte contre toutes formes de criminalité dans la Sousrégion, notamment la piraterie maritime, l’exploitation illégale des ressources naturelles, le braconnage et le terrorisme. En outre, les deux Chefs d’Etat ont également examiné les questions relatives à la paix, à la sécurité et à la stabilité dans notre continent.

Sur un tout autre plan, le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA a une fois de plus manifesté à l’ensemble des Membres du Gouvernement son attachement au bien-être des Gabonaises et des Gabonais.

A cet effet, le Chef de l’Etat a réitéré les grands axes de la Feuille de route ministérielle focalisée sur une Coordination, une Collégialité et le sens de l’Anticipation de l’action gouvernementale au service des populations gabonaises, notamment la lutte contre la vie chère, la réalisation et l’entretien du réseau routier et autres infrastructures.

Par ailleurs, ayant appris avec une profonde tristesse le décès survenu à Libreville, le vendredi 20 janvier

2023 de Monsieur Michaël MOUSSA-ADAMO,

Ministre des Affaires Etrangères, le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, a présenté à son épouse et à l’ensemble de la famille éprouvée ses sincères condoléances en les assurant de sa profonde compassion en cette difficile épreuve.

AU TITRE DES PROJETS DE TEXTES

LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

Le Conseil des Ministres a délibéré sur les Affaires suivantes :

MINISTERE DE L’INTERIEUR

Projet de décret portant approbation  des statuts de la Compagnie pour l’Entretien, l’Assainissement et le Nettoyage – Clean Africa.

Le présent projet de texte vise à régulariser le cadre juridique relatif à la mission de service public dévolue à la société Clean Africa devenue société d’Etat.

A ce titre, sont approuvés et rendus exécutoires, les Statuts de la société Clean Africa, conformément aux dispositions de la loi n°12/82 du 24 janvier 1983 et de la loi n°20/2005 du 3 juillet 2006.

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES

  • Projet de loi autorisant la ratification de l’Accord sur la promotion et la protection réciproque des investissements avec les

Emirats Arabes Unis

Le Gouvernement de la République Gabonaise et le Gouvernement des Emirats Arabes Unis ont signé un Accord sur la promotion et la protection réciproque des investissements.

Cet Accord a pour but l’intensification de la coopération économique dans l’intérêt mutuel des deux pays par la création de conditions favorables aux investissements effectués par les opérateurs économiques de l’une des Parties sur le territoire de l’autre.

  • Projet de loi autorisant la ratification du nouvel Accord portant création de l’Organisation Interafricaine du Café (OIAC).

Ce projet de loi qui autorise la ratification de l’Accord portant création de l’OIAC, permettra à notre pays, engagé dans une relance de sa filière café, d’être en phase avec le projet de diversification de l’économie, de renforcer sa coopération avec les autres pays africains producteurs et de développer la qualité et  quantité de sa production de café avec un impact positif sur l’amélioration des conditions de vie des producteurs.

MINISTERE       DE        LA        DEFENSE

NATIONALE

  • Projet de loi portant modification de certaines dispositions de l’ordonnance n°007/PR/2010 du 25 février 2010 portant statut particulier des Militaires, ratifiée par la loi n°18/2010 du 27 juillet 2010.

Le projet de loi indiqué vise une valorisation des limites d’âges de départ à la retraite en vue de permettre au militaire formé de servir plus longtemps et ainsi faire face aux défis multiformes de nos Forces de Défense.

L’augmentation proposée est de trois (3) ans pour toutes les catégories (militaires de rang, sousofficier, officier et officier général).

Pour les militaires de rang de tout grade, l’âge de départ à la retraite est désormais fixé à quarante-huit (48) ans.

A ce titre, les dispositions des articles 173, 174 et 196 de l’Ordonnance suscitée sont ainsi modifiées.

MNISTERE DE        LA SANTE      ET DES

AFFAIRES SOCIALES

  • Projet de loi portant modification et suppression de certaines dispositions de l’ordonnance n°0022/PR/2007 du 21 août 2007 instituant un Régime Obligatoire d’Assurance Maladie et de Garantie Sociale en République Gabonaise, ratifiée par la loi n°034/2007 du 23 janvier 2008.
  • Projet de loi portant modification et suppression de certaines dispositions de la loi n°6/75 du 25 novembre 1975 portant Code de Sécurité Sociale.

Les projets de textes susvisés ont pour objet de matérialiser la réforme annoncée du système de gouvernance de la CNAMGS et de la CNSS par une redéfinition du rôle de l’Etat, garant de la protection sociale, désormais focalisé en régulateur et contrôleur de ces services publics.

Par l’effet de ladite réforme, les principales modifications desdits textes portent sur les points suivants :

  • le renforcement de l’autorité et des pouvoirs du Conseil d’Administration dans la gouvernance de la CNAMGS et de la CNSS par le choix de recrutement de l’équipe dirigeante à la suite d’appel à candidatures ainsi que les conditions de révocation des membres de ladite équipe ;
  • la responsabilité du Conseil d’Administration dans l’atteinte des objectifs de bonne gouvernance et de performance de la CNAMGS et de la CNSS ;
  • la rétrocession de la gestion des aides sociales à l’administration centrale des Affaires Sociales pour ce qui concerne la CNAMGS.

MINISTERE DE LA PROMOTION DES

INVESTISSEMENTS, DES PARTENARIATS PUBLICS-PRIVES, CHARGE DE

L’AMELIORATION DE

L’ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES

  • Projet de décret portant réorganisation de la

Zone Economique à Régime Privilégié de NKOK.

Ce projet de décret est pris conformément aux dispositions de la loi n°036/2018 du 08 février 2019 relative aux Zones d’Investissement Spéciales (ZIS).

Le présent projet de décret a pour objectif de permettre une évolution de la zone de NKOK en la faisant passer du statut de Zone Economique à Régime Privilégié (ZERP) à celui de Zone d’Investissement Spéciale (ZIS).

Pour ladite réforme, le cadre juridique de la ZIS de

NKOK permet ainsi d’accueillir tous types d’entreprises pour la réalisation des activités industrielles, commerciales, agricoles, technologiques, touristiques, de recherche, d’éducation ainsi que de services, et dans laquelle les investisseurs détenteurs d’un des agréments prévus par la loi bénéficient ou non d’un régime privilégié.

Le projet de décret portant création d’une zone de service logistique multimodale au sein de la Zone d’Investissement Spéciale de

NKOK.

Le présent projet de décret pris en application des dispositions de l’article 75 de la loi n°036/2018 du 08 février 2019, porte autorisation de création d’une Aire de service logistique multimodale au sein de la

Zone d’Investissement Spéciale de NKOK.

La zone logistique multimodale est un espace comprenant un quai d’embarquement et de déchargement, une aire de stationnement de véhicules, des magasins et aires de dédouanement, des entrepôts autour d’un réseau d’infrastructures de transport multiforme comprenant le routier, le ferroviaire ou encore le fluvial, afin de réduire les délais d’approvisionnement et d’évacuation des produits.

MINISTERE DE L’HABITAT ET

DE L’URBANISME 

Projet de décret portant déclaration d’utilité publique 

Le présent projet de texte, établi conformément aux dispositions des articles 1 et 2 de la loi n°6/61 du 10 mai 1961 réglementant l’expropriation pour cause d’utilité publique et instituant des servitudes pour l’exécution des travaux publics, est justifié par l’urgence de réaliser les travaux d’aménagement de la «  Transgabonaise ».

Ainsi, est déclarée d’utilité publique, l’occupation par l’Etat d’un linéaire de terrains situés le long du tronçon de la Route Nationale n°1 allant du PK 24 au PK 105, dans le département du Komo-Mondah

Province de l’Estuaire.

MINISTÈRE DES TRAVAUX PUBLICS,

DE L’EQUIPEMENT ET

DES INFRASTRUCTURES, CHARGE DE LA

CONNEXION DES TERRITOIRES

  • Le projet de décret portant attributions et organisation du Ministère des Travaux

Publics, de l’Equipement et des Infrastructures, chargé de  la Connexion des Territoires.

Le présent projet de décret a pour objet de définir les attributions du Ministère des Travaux Publics, de l’Equipement et des Infrastructures, Chargé de la Connexion des Territoires lesquelles consistent à concevoir et à mettre en œuvre la politique du Gouvernement dans les trois (3) principaux domaines suivants :

  • la    réalisation, la    maintenance      et le développement du réseau routier national ;
  • la réalisation et la maintenance des édifices publics et des équipements collectifs ;
  • la surveillance des zones et la réalisation des ouvrages de drainage des eaux pluviales ;

Pour son fonctionnement, le Ministère se compose comme suit :

  • le Cabinet du Ministre ;
  • l’Inspection Générale des Services ;
  • le Secrétariat Général et les services rattachés ;
  • les Directions Générales ;
  • les Organismes et Etablissements sous tutelle.

MINSTERE DE LA CULTURE ET DES ARTS

  • Le projet de loi portant statut de l’artiste et de l’acteur culturel en République Gabonaise.

Le projet de loi indiqué vise à doter l’artiste et l’acteur culturel d’un statut juridique dans le but d’une amélioration véritable de leur condition professionnelle et sociale.

Dans cette perspective, le projet de texte élargit son champ d’application à l’ensemble des acteurs culturels en leur reconnaissant une diversité de liberté et des droits fondamentaux inhérents à la qualité d’artiste et d’acteurs culturels, ainsi que les conditions d’exercice de leurs activités par l’autoproduction ou la production par des tiers.

EN MATIERE DE POLITIQUE GENERALE PRIMATURE

Sur présentation du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, le Conseil des Ministres a approuvé la Déclaration de Politique Générale qu’il présentera, conformément à l’article 28a de la Constitution, le mardi 24 janvier 2023 devant l’Assemblée Nationale.

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES

Le Conseil des Ministres a marqué son accord aux demandes d’agrément des personnalités diplomatiques suivantes :

  • Son Excellence Madame Lorraine Janel

ANDERSON,   en   qualité d’Ambassadeur

Extraordinaire et Plénipotentiaire du Canada près la République Gabonaise avec résidence à

Yaoundé en République du Cameroun ;

  • Son Excellence Monsieur Reymundo Antonio

GARRIDO LANTIGUA, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et

Plénipotentiaire de la République Dominicaine près la République Gabonaise avec résidence à

Pretoria en République d’Afrique du Sud ;

  • Son Excellence Monsieur Alex GONZALEZ

GARCIA, en   qualité d’Ambassadeur

Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République de Cuba près la République

Gabonaise avec résidence à Libreville ;

  • Son       Excellence Monsieur    Said      JUMA

MSHANA,       en   qualité d’Ambassadeur

Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République-Unie de Tanzanie près la République Gabonaise avec résidence à Kinshasa en République Démocratique du Congo.

MINISTERE DE LA JUSTICE, GARDE DES SCEAUX, CHARGE DES DROITS DE

L’HOMME ET DE L’EGALITE DES GENRES

Le Conseil des Ministres a pris acte de la Communication relative à l’examen du rapport national du Gabon au titre du 4ème cycle de l’Examen Périodique Universel (EPU).

Cette évaluation portera sur les mesures prises par la République Gabonaise visant à donner suite aux

143 recommandations acceptées à l’issue de l’examen du précédent cycle en novembre 2017, ainsi que sur les progrès réalisés.

MINISTERE DE LA JEUNESSE ET DES

SPORTS

Le Conseil des Ministres a pris acte de l’organisation de la 16ème Edition de la Tropicale Amissa BONGO prévue pour la période du 23 au 26 janvier 2023.

Pour cette édition, la Tropicale Amissa BONGO se déroulera en sept (7) étapes dans les provinces de l’Estuaire, du Moyen-Ogooué, de la Ngounié, de l’Ogooué-Maritime et du Woleu-Ntem sur un parcours total de 903,2 km.

AU TITRE DES MISSIONS-SEMINAIRES ET

CONFERENCES

MINISTERE DES EAUX, DES FORETS, DE LA MER, DE L’ENVIRONNEMENT, CHARGE DU PLAN CLIMAT ET DU PLAN

D’AFFECTATION  DES TERRES

Le Conseil des Ministres a marqué son approbation à l’organisation à Libreville du One Planet Summit prévu les 1er et 2 mars 2023.

Ce Sommet, co-organisé par le Gabon et la France sera l’occasion de réunir les acteurs de la gestion et l’exploitation durable des forêts et ceux de la finance internationale, afin de réfléchir sur les modèles innovants de financement de la préservation de la biodiversité et sur la contribution aux défis des changements climatiques.

Aussi, ce Sommet contribuera-t-il à la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat, notamment en ce qui concerne les mécanismes financiers et les Marchés mais aussi le cadre mondial sur la biodiversité.

MINISTERE DE LA SANTE ET DES

AFFAIRES SOCIALES

Le Conseil des Ministres a pris acte de la tenue à Libreville du 19 au 21 janvier 2023, du 8ème Congrès de la Société Africaine de Pathologie Infectieuse (SAPI) en partenariat avec la Société Gabonaise de Parasitologie, Mycologie et Médecine Tropicale (SOGAPAMME), placé sous le thème « Contrôle des Infections et Urgences Sanitaires ».

Je vous remercie.

UJPDG : Axel Jesson Denis Ayenoue au contact de la jeunesse scolarisée du Haut-Ogooué pour une meilleure prise de conscience

UJPDG : Axel Jesson Denis Ayenoue au contact de la jeunesse scolarisée du Haut-Ogooué pour une meilleure prise de conscience

La jeunesse scolarisée de la commune de Franceville, capitale provinciale du Haut-Ogooué, a été entretenue, autour des questions liées à la responsabilité des jeunes, l’action gouvernementale, etc., par le Délégué national en charge de l’Union des Jeunes du Parti Démocratique gabonais(UJPDG), Axel Jesson Denis Ayenoue, lors de son séjour à Franceville.

© Montage éthique média Gabon
Axel Jesson Denis Ayenoue, le délégué national de L’UJPDG lors de la rencontre avec les élèves de Franceville. ©C. Com. Ujpdg

Des échanges francs qui auront permis à la délégation nationale de l’UJPDG de se faire porteuse d’un message de responsabilité et de prévention de certains débordements dont sont auteurs des apprenants.

C’est donc conformément aux instructions du camarade secrétaire général du Parti démocratique gabonais, Steeve Nzegho Dieko, que le leader de la jeunesse du PDG a, pendant son séjour à Franceville, discuté avec la représentation de la jeunesse scolarisée de la commune de Franceville. Notamment l’ensemble des délégués des classes des lycéens et collèges, et les coopératives scolaires de la ville de Masuku.

Une vue des élèves aynopris part à la rencontre avec la délégation nationale de L’UJPDG

En effet, ces échanges qui interviennent quelques jours après la marche de protestation organisée par les élèves de Franceville contre l’augmentation du prix du transport, consécutive à la suspension provisoire du trafic ferroviaire, visait les objectifs suivants :

l’appel à la responsabilité de ces apprenants et la prévention d’une probable généralisation de ce type de mouvement d’humeur;

– l’explication aux apprenants des véritables mobiles de la rupture de certains produits, dont le carburant, entre autres. Et,

– faire le relais des mesures gouvernementales prises par le gouvernement dirigé par le Premier ministre, Alain Claude Billie-By-Nze, sous les instructions et orientations du président de la République, Ali Bongo Ondimba, promoteur du septennat de la jeunesse gabonaise.

Ainsi, bondée du monde, avec notamment des responsables des classes et des coopératives scolaires venus des quatre coins de la ville de Franceville, c’est la grande salle événementielle de l’hôtel de ville de Franceville qui a eu le mérite d’abriter cette importante rencontre, entre le délégué national de L’UJPDG, Axel Jesson Denis Ayenoue, et les apprenants des lycées et collèges de Masuku.

H.L

Haut-Ogooué : la réélection d’Ali Bongo Ondimba, en 2023, au centre d’une folle mobilisation militante de l’UJPDG

Haut-Ogooué : la réélection d’Ali Bongo Ondimba, en 2023, au centre d’une folle mobilisation militante de l’UJPDG

Une forte délégation des camarades membre de l’Union des Jeunes du Parti Démocratique Gabon (UJPDG), conduite par leur Délégué national, Axel Jessone Denis Ayenoue, en séjour à Franceville, la capitale provinciale du Haut-Ogooué, depuis mardi 17 janvier 2023. Un séjour structuré avec des objectifs bien définis, dont la mobilisation des jeunes pour la réélection du Distingué camarade Président, Ali Bongo Ondimba, lors de la prochaine élection présidentielle de 2023, entre autres.

Poignée de main lors de la visite au siège provincial du PDG à Franceville

C’est le siège provincial du parti démocratique gabonais (PDG), sis à Franceville, qui a abrité la rencontre entre la délégation nationale de l’UJPDG, chapeauté par le camarade Axel jesson Ayenoue, et les statutaires ujpdgistes de la province.

En effet, en séjour francevillois pour une mission militante hautement stratégique et capital, au regard de l’importance de l’agenda, essentiellement cadencé par les échanges autour de l’imparable réélection du distingué camarade Président du Parti démocratique gabonais (PDG), Ali Bongo Ondimba, à sa propre succession à la tête du Gabon, pour un troisième mandat, le délégué national de L’UJPDG a réuni la jeunesse statutaires du parti de masse autour des nouvelles orientations et missions qui lui sont assignées, conformément aux instructions du camarade secrétaire général, Steeve Nzegho Dieko.

De ce fait, cette sortie officielle du Délégué national (DN), Axel Jesson Dénis Ayenoue, la deuxième depuis sa reconduction comme patron des jeunes du PDG, a vu la jeunesse altogovéenne répondre massivement à l’appel visant le soutien indéfectible à l’endroit du numéro un gabonais, Ali Bongo Ondimba pour 2023.

Ainsi, cette rencontre ayant eu lieu à Franceville, dans la province du Haut-Ogooué, a naturellement été dirigée par le délégué national et les camarades délégués provincial G2, Yohan Okekenda, et communal Franceville, K. Cydril Mbongho Ngoundah.

À noter que la délégation venue de Libreville et conduite par Axel Jesson D. Ayenoue n’a pas manqué de faire ses civilité au camarade secrétaire provincial du PDG, Albert Ngouamizokou.

Poignée de mains entre les camarades délégué national de L’UJPDG, Axel Jesson Denis Ayenoue, et le camarade secrétaire provincial, Abert Ngouamizokou à Franceville. © C.com ujpdg

UNO

Politique : 7 ans après, les partis politiques gabonais recevront la subvention de l’État

Politique : 7 ans après, les partis politiques gabonais recevront la subvention de l’État

Alors que le ministre gabonais de l’Intérieur, Lambert Noël Matha, présidait une réunion de travail visant le renouvellement du bureau du Centre gabonais des élections (CGE), le 16 janvier dernier, les parties politiques présents ont tenu à évoquer la question de la subvention des Partis politiques au Gabon. Un apport de l’État aux partis politiques qui peine à être payé depuis 7 ans.

Répondant à cette préoccupation des responsables des partis politiques gabonais, le ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha, a indiqué que ladite subvention devrait être payée dans les toutes prochaines heures.

Celle-ci permettra aux partis politiques légalement reconnus, et donc éligibles, de préparer sereinement leur participation aux prochaines échéances électorales de l’année en cours, 2023.

À en croire aux propos du ministre de l’Intérieur, cette subvention serait payée, mais à tiré forfaitaire. Par conséquent, le montant que devrait percevoir chaque écurie politique n’a pas encore été connu.

Toutefois, il est important de rappeler qu’au Gabon, le vécu a démontré que, entre ce qui est annoncé et ce qui est fait, le fossé est et reste grand. Le paiement de subvention étant déjà annoncé, seul l’effectivité de ce paiement pourrait véritablement clôre ce débat. Pour l’heure, il est question d’attente et esperer que cela soit fait, telqu’annoncé.

Aussi, comme d’aucuns pourraient le dire, au Gabon, il arrive que ceux qui remplissent des critères pour l’obtention des subventions de l’État, dans tel ou tel autre domaine, n’en bénéficient pas souvent, contrairement à ceux qui auraient “des longs bras”, comme le langage populaire gabonais le dit.

Vivement que les partis politiques légalement reconnus et éligibles à cette subvention de l’État entrent en possession de ce dû, qui pourrait leur permettre de préparer la présidentielle de 2023, qui arrive à grands pas, et peut-être même, les autres élections aussi prévues pour cette année.

CWO

Politique: le Mouvement Citoyen des Volontaires des Libertés (MCVL) répond favorablement à l’appel au dialogue d’Ali Bongo Ondimba

Politique: le Mouvement Citoyen des Volontaires des Libertés (MCVL) répond favorablement à l’appel au dialogue d’Ali Bongo Ondimba

Favorable à l’organisation d’un dialogue franc entre les acteurs politiques de la majorité présidentielle, de l’opposition et de la société civile, le chef de l’État, Ali Bongo Ondimba avait annoncé lors de son adresse à la nation, le 31 décembre 2022, la tenue d’un conclave politique préélectoral. Comme plusieurs organisations politiques et sociales, le Mouvement Citoyen des Volontaires des Libertés (MCVL) se dit favorable, au nom de “la priorité nationale”.

Emmanuel MVE MBA apposant sa signature pour le protocole d’accord. ©RD. EMG

C’est, entre autres, au nom de “la priorité nationale ”, qu’ils définissent comme “… l’implication de tous les fils et filles du Gabon pour la construction d’un Gabon d’abord”, que les citoyens volontaires des Libertés, par la voix de leur Président Emmanuel Mvé Mba, ont répondu par un “OUI” à cet appel au dialogue politique préélectoral, longtemps demandé par les acteurs politiques de l’opposition et de la société civile.

C’est pourquoi, après cette décision du chef de l’État, le Mouvement Citoyen des Volontaires des Libertés (MCVL), parti politique se réclamant du centre, suite à une réunion du bureau national, a décidé de répondre favorablement à cette décision du chef de l’État pour une concertation nationale avant les élections générales de 2023”, a déclaré Emmanuel Mvé MBA, président du mouvement.

À préciser que cette décision du MCVL fait suite à une concertation du bureau national, autour de la décision du chef de l’État Ali Bongo Ondimba.

Une décision qui, selon Emmanuel Mvé MBA, fortifie l’engagement de son parti politique à œuvrer pour “…un Gabon de paix, d’unité nationale, de construction sociale et de la priorité nationale”, qui est pour eux, la mise à contribution de toutes les forces, toutes les énergies du pays pour sa construction.

Ainsi donc, le MCVL s’adjoint dès maintenant à la liste des mouvements et partis politiques déjà partants pour ce dialogue préélectoral.

Toutefois, faut-il le relever, pour avoir entrepris, de 2020 à 2022, des démarches allant dans le sens d’un appel à la tenue d’un dialogue national, ou encore, d’une conférence nationale réunissant toutes les forces vives de la nation, accepter d’aller à ces assises serait plus que logique pour le Président national du MCVL, par ailleurs délégué national du CAPPE, Emmanuel Mvé MBA et les siens.

UNO

Politique : déjà des frustrés au PDG, conséquences d’un gâteau mal partagé ?

Politique : déjà des frustrés au PDG, conséquences d’un gâteau mal partagé ?

Alors qu’il y a encore quelques mois en arrière, l’opposition gabonaise enregistrait des défections de ses soldats en faveur du camp du président de la République, Ali Bongo Ondimba, il s’avère que depuis quelques jours, des bruits se laissent entendre du coté de Port-Gentil, avec l’ancien Féfé Onanga et les siens, qui n’auraient pas hésité d’extérioriser leur mécontentement et, annoncer la suspension de leurs activités pour le parti qu’ils rallièrent, il n’y a pas très longtemps. Une décision qui laisse transparaître une frustration due à la non-satisfaction de leurs attentes par leur «champion». Conséquence d’un gâteau mal partagé ?

Vue des cadors du PDG lors du dernier congrès du stade d’Angondje
Féfé Onanga lors de la conférence statuant sur son entrée au PDG/Captur d’écran © EMG

C’est la question que se posent, depuis un moment, une certaine opinion de la vie et la transhumance politique au Gabon. Le parti d’Ali Bongo Ondimba, étant le parti au pouvoir, aurait-il réussi à frustrer le groupe Féfé Onanga, en ne lui accordant aucun privilège, notamment pas d’entrée au gouvernement, ou encore dans la haute administration ?

Une interrogation que d’aucuns disent oratoire, car comportant elle-même la réponse, donc l’affirmation.

En effet, à la compréhension des propos de l’homme qui avait dit, lors de son retour à «la maison PDG», être prêt pour défendre le président de la Republique, Ali Bongo Ondimba, et soutenir fermement le candidat naturel du PDG, on pourrait effectivement percevoir la déception, la frustration et la désillusion qui l’animent.
«… Nous dénonçons pour ne pas le déplorer, le traitement deux poids, deux mesures, infligé aux militants qui ont quitté l’opposition pour regagner le PDG. Il y en a qui sont logés à la belle enseigne…», entendu par-là, des nominations à des juteux postes, couronnés de plusieurs avantages, « … Pendant que d’autres sont considérés comme des laissés pour compte et traités comme tel», propos de Féfé Onanga, cités par notre confrère kongossanews.

Il est à noter que ces déclarations de Féfé Onanga et les siens ont été faites seulement quelques temps après la nomination du nouveau vice-Président de la République, Rose Christiane Ossouka Raponda, et du Premier ministre chef du gouvernement, Alain Claude Billie-By-Nze.

Toutefois, faut-il le dire, le retour dans l’appareil de gestion, de René Ndemezo’o Obiang, ancien bras droit de Jean Ping, et le maintien au gouvernement de Jean Norbert DIRAMBA et Jean Pierre Doukaga Kassa, anciens élus du parti politique Les Démocrates et proches de Guy Nzouba Ndama, pourrait, entre autres, paraître comme une confirmation du “deux poids deux mesures” dont par Féfé Onanga. Ce qui légitimerait la thèse d’un gâteau mal partagé, qui frustrerait certains.

Ce serait d’ailleurs pourquoi le fils de Port-Gentil a décidé de suspendre ses activités politiques au sein du PDG, tout en appelant l’autorité politique à dénouer la situation «…Nous, groupe ‘’Féfé Onanga’’, décidons ce jour de suspendre nos activités au sein du Parti démocratique gabonais…’’ a t-il déclaré.

UNO