[Politique] Gabon: Nicole ASSELÉ, Déléguée Générale du CLR, ne quitterait pas son poste avant 2024

[Politique] Gabon: Nicole ASSELÉ, Déléguée Générale du CLR, ne quitterait pas son poste avant 2024
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

Élue, il ya près de 2 ans, Déléguée Générale du Centre des Libéraux Réformateurs (CLR), lors d’un congrès du parti tenu à Libreville, Nicole ASSELE a récemment été exclue par une décision signée du président parti, pour, entre autres motifs, insubordination au chef du parti. Seulement, cette dernière, ne compte-t-elle pas se conformer à cette décision, ce, pour deux raisons essentielles: le congrès et la démission.

Nicole ASSELE à droite et A. Tapoyo à gauche

Le 28 février dernier, le CLR, parti de la majorité présidentielle pour l’émergence, a rendu public sa décision, dont nous avons obtenu copie, d’exclure de ses fonctions et de ses rangs son délégué général, le Dr. Nicole ASSELE, pour, entre autres raisons, la mise en mal du parti et l’insubordination au chef du parti.

Ainsi, cette décision, signée des mains de son président fondateur et conseiller politique, ôtait de facto le droit à l’intéressée, de continuer à utiliser le nom et les symboles du parti à une quelconque fin.

Seulement, l’opinion et l’observatoire de la vie politique du Gabon observent et constatent la nullité de cette décision de Jean Boniface Asselé. Une décision suspectée d’être motivée par <<... des petits malins>> qui seraient autour du président du conseil pour <<l’ammener à prendre des décisions qui n’ont pas de sens>>, au détriment de ce que disent les textes et les statuts du parti.

Nicole ASSELE, consciente et au fait des procédures au sein du parti, continuerait donc d’exercer ses fonctions. Étant arrivée à la tête de la Délégation Générale du parti par congrès, une simple décision, soit-elle du président, ne pourrait la démettre de ses fonctions. Les décisions du congrès étant sans appel, seule une démission volontaire ou un autre congrès pourrait acter son départ de ce poste.

Un peu comme qui dirait, <<… seul un décret est habilité à abroger un autre décret.>>

Tel qu’a rapporté notre confrère « vatricof.com« , Nicole ASSELE a déclaré, au cours d’une réunion politique avec les responsables d’arrondissements, que seul le congrès était habilité à la destituer de son poste. <<... j’estime que j’ai été élue par un congrès, je dois partir par un congrès ou alors je dois démissionner. Même un simple militant ne peut pas être exclu sans passer par le conseil de discipline et que sans que celle-ci ne valide la décision.».

Aussi, a-t-elle tenu à clarifier les choses quant-à la qualité de sa relation avec son père. Elle se porte très bien, comme dans une famille qui s’aime et vit harmonieusement. Nicole ASSELE dit n’avoir aucune embrouille avec son papa Jean Boniface ASSELÉ, qu’elle chérirait tant.

Par contre, si cash il ya, ce serait entre le conseiller politique et le délégué général du parti et non entre père et fille.

«Il n’y a pas de problème entre Nicole ASSELE et Jean Boniface ASSELE. J’aime mon père, je lui dois beaucoup de respect, je ne lui manquerai jamais de respect. Mais le problème c’est entre le délégué général et le conseiller politique, c’est là qu’il y a de petites incompréhensions. Car il y a de petits malins qui sont autour du président du conseil pour l’emmener à prendre des décisions qui n’ont pas de sens.>>.

Le rendez-vous devrait donc être pris pour 2024, pour voir le Dr Nicole ASSELE quitter la tête de la délégation générale du CLR. Elle avait été élue pour 5ans en 2020 par le congrès.

Pendant ce temps, Nicole ASSELE, dans ses fonctions de Délégué Général du CLR, prépare le terrain pour les élections législatives et locales avenir, son parti ne pouvant présenter un candidat à la présidentielle, car soumis à la charte de la majorité présidentielle pour l’émergence, de laquelle est-il l’un des signataires.

 

UNO


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Journaliste

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.