[Politique] adresse à la Nation: Ali Bongo Ondimba qualifierait il d’irresponsables les fonctionnaires en grève?

[Politique] adresse à la Nation: Ali Bongo Ondimba qualifierait il d’irresponsables les fonctionnaires en grève?
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

Comme à chaque fin d’année et à l’orée de la nouvelle année, le président de la République prononce une allocution, de circonstance, à la Nation. Pour celle-ci, la fin de l’année 2021 et le début de l’an 2022, Ali Bongo Ondimba, en sa qualité de Président de la République gabonaise, a bel et bien tenu son discours hier vendredi 31 décembre 2021 à 19h. Un discours au cours duquel, en marge de quelques promesses et de quelques rappels, Ali Bongo Ondimba a-t-il jeté de l’opprobre sur les fonctions en grève, d’ailleurs, qu’il qualifierait d’irresponsables et complotistes.

Ali Bongo Ondimba, président de la République Gabonaise

Ali Bongo Ondimba, lors de son discours d’hier, a rappelé aux Gabonais la nécessité d’être unis, de faire des efforts pour le bien du pays, le Gabon, déjà forcément impacté par la crise sanitaire liée à la COVID-19. Reconnaissant ainsi l’importance et l’efficacité des mesures restrictives que prend le gouvernement à ce propos.

En plus de ce pan, n’a t-il pas manqué de promettre des solutions certaines aux gabonais. Il a, entre autres, promis la mise en service de la voie de contournement d’Akanda en 2023; sans oublier l’ambition projet de construction de la Transgabonaise, longue de 780 km.

On ose juste espérer que des gabonais aient encore de la force et la patience pour croire à l’aboutissement de ces promesses, d’autant plus que plusieurs avant ces dernières n’ont jamais vu le jour.

Ainsi, étant convaincu d’avoir fait des efforts pour améliorer le quotidien des gabonaises et des gabonais, Ali Bongo Ondimba semble percevoir du complot dans les discours et les prises de positions des fonctionnaires en grève depuis un moment pour revendiquer le traitement de leurs situations administratives et financières tel que prévu dans les textes réglementant leurs professions respectives. On pense notamment aux enseignants, qui sont en grève dépuis le début de la rentrée scolaire en septembre dernier.

À leur sujet, Ali Bongo Ondimba pense qu’ils auraient pris en otage l’avenir de nos jeunes compatriotes pour des intérêts inavoués, mettant ainsi en mal leur futur. Il a d’ailleurs qualifié d’ « irresponsables » les agissements des enseignants qui, selon lui, ne font pas assez d’effort pour aider le pays, alors que lui, Ali Bongo Ondimba, le président de la République, le leur demande. Ils feraient plutôt de grèves sans raisons valables.

À côté des enseignants, les agents des régies financières ne sont nullement passés inaperçus. Ils ont également été pointés du doigt par le chef de l’État qui, bien heureusement, reconnaît que leur grève impacte fortement sur l’économie du pays et pourrait être un problème étant donné que le paiement des salaires des fonctionnaires gabonais dépend aussi de leur travail.

<<C’est le fonctionnaire qui est payé par l’état qui doit être au service de l’état et non l’état qui doit être au service du fonctionnaire.>>, ainsi paraphrasé, a-t-il martelé. (Ali Bongo Ondimba).

Cependant, il faut retenir que au Gabon, la grève est un droit inaliénable que concède la constitution aux travailleurs.


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Journaliste

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.