[Justice] Gabon: Jean Rémy Yama, empêché de sortir du pays, a passé la nuit au B2

[Justice] Gabon: Jean Rémy Yama, empêché de sortir du pays, a passé la nuit au B2
Jean Rémy Yama, le président de Dynamique Unitaire, a été déféré ce soir à la prison centrale de Libreville
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

Encore des ennuis pour Jean Rémy Yama? Il aurait passé cette nuit du dimanche 27 février à aujourd’hui, lundi 28 février 2022, dans les geôles du B2 après s’être fait arrêter à l’aéroport international de Libreville, alors qu’il tentait de prendre un vol pour se rendre hors du pays, précisément au Sénégal, pour des raisons de santé. Son arrestation serait commandée par le procureur de la République pour des motifs le concernant.

Jean Rémy Yama, le président de Dynamique Unitaire, arrêté par le B2 alors qu’il devrait effectuer un voyage hors du pays/ RD. EMG

Le Président de la confédération syndicale gabonaise « Dynamique Unitaire » le Pr. Jean Rémy Yama a été interpellé, hier à l’aéroport international de Libreville, alors qu’il devrait s’envoler pour Dakar au Sénégal pour s’y faire soigner.

Selon des informations obtenues d’une source syndicale, Jean Rémy Yama se serait fait arrêter sous ordre du Procureur de la République qui, malheureusement, n’aurait émis aucun mandat d’arrêt formel, établi et signifié à l’intéressé.

Cependant, sa participation dans la gestion du projet de construction d’une cité universitaire, dédiée aux enseignants chercheurs et aux chercheurs, via une société immobilière SCI Serpentin, alors qu’il était secrétaire général de l’USTM et président du SNEC, sous l’air feu Président Omar Bongo Ondimba, serait à l’origine de son empêchement de sortir du pays et de sa rétention à la Direction Générale des Contre-Ingérences et de la Sécurité Militaire (DGCISM), communément appelée B2.

Mais, si tel est qu’il se serait présentée la nécessité, pour le farouche leader syndicale, qui de temps en temps, semble donner des sueurs froides au gouvernement, de se rendre au Sénégal pour des raisons de santé, son interprétation et sa rétention au Gabon pourrait ne pas être une bonne nouvelle.

D’ailleurs, dans les colonnes syndicales dont il est l’un des leaders, l’on qualifie déjà son interprétation de <<peu conforme>> et d’avoir des <<allures d’un enlèvement>> pour <<non respect de la procédure et de l’état de droit.>>

UNO


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Journaliste

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.