[Gabon] Santé : au Centre de santé de Louis, c’est du lotus contre du coton pour des injections

[Gabon] Santé : au Centre de santé de Louis, c’est du lotus contre du coton pour des injections
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

L’incroyablement vrai au gabon: outre les difficultés liées au manque de lits d’hospitalisation, au défaut d’approvisionnement en médicaments dans les hôpitaux de façon généralisée, le manque d’un des éléments de base et le plus simple, notamment le coton, pour faire des injections, s’est ajouté à la liste de tous ces maux qui minent particulièrement le Centre de santé de Louis.

C’est incroyable mais vrai ! Les conditions de travail assez difficiles du personnel de santé et le manque de consommables médicaux que connaissent certaines structures sanitaires publics du Gabon continuent de surprendre plus d’un et ne facilitent point le bien être des usagers.

Ce mercredi 14 juillet 2021 aux environs de 15h45 au centre de santé de Louis, par manque de coton pour faire une injection à un patient, une infirmière aurait demandé au patient de se procurer des Lotus afin de compenser le manque de coton qui y existe. Faute de quoi, serait-il difficile sinon impossible de faire l’injection.

<<Je suis venue acheter le lotus pour que l’infirmière fasse une injection à mon enfant car, dit-elle qu’il n’y a plus de coton.>>,a confié, pour le deploirer, une dame au commerçant vendant des lotus et glace à la crême juste à l’entrée dudit centre de santé.

Au regard de ce qui précède, quelle explication prétextée pourrait-on trouver à une telle situation pour la justifier quand on sait que le Gabon est un pays de seulement près de deux millions d’habitants, selon les chiffres officiels, couvert à près de 65% de son espace terrien de forêt et donc d’espace cultivable? Chercher à justifier un tel manque serait justifier l’injustifiable, le coton étant un des éléments de base, un des consommables les plus prisées dans des structures sanitaires.

Face à une telle inadmissibilité, pourrait-on percevoir une possible mauvaise gestion du matériel affecté à ce centre de santé, comme justificatif à cette déplorable situation, ou une possible rupture de stock ?

C’est là, tout un questionnement qui taraude les esprits de nombreux gabonais qui se voient chaque jour dans l’obligation de  faire recours à un palliatif, de façon improvisée, pour pouvoir bénéficier d’un traitement, d’ailleurs pas très fameux, dans nos différents centres de santé a travers le pays. 

Dans tous les cas, nous aurons espérer que par cet élément de presse, qui vise, entre autre,  à rendre plus visible ce manque et à en informer les autorités en charge de ce secteur, un regard particulier sera jeté sur le cas du Centre de santé de Louis qui est un lieu très fréquenté par de nombreux patients.

Aussi, serait-il souhaitable qu’un système de contrôle et de suivi permanent soit  mis en place afin que tout le matériel de santé qui y’est souvent affecté ne soit utilisé que pour des besoins de ce centre et ne prenne aucun autre chemin inconnu. 

CWO pour la rédaction d’éthique média Gabon


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Journaliste

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.