[Gabon] réinsertion sociale : L’UNESCO au chevet des mineurs incarcérés à la prison centrale de Libreville

[Gabon] réinsertion sociale : L’UNESCO au chevet des mineurs incarcérés à la prison centrale de Libreville
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

L’UNESCO dote du matériel informatique, le futur centre de formation pour les mineurs incarcérés en vue de leur permettre de mettre à contribution le temps de leur incarcération au développement des applications mobiles. Le projet est nommé ‘’Youthmobile Gabon’’, et a pour but de faciliter la réinsertion sociale de ces mineurs qui sont derrière les barreaux.

La question de la réinsertion sociale des personnes incarcérées dans les maisons d’arrêt du monde en générale et celles du Gabon en particulier ne fait qu’attirer les regards des organismes internationaux.

C’est suivant cette politique que, le 10 décembre derrière, une délégation de l’UNESCO s’est rendue auprès des responsables de la prison centrale de Libreville, dans le but de leur octroyer un matériel informatique dédié au futur centre de formation pour mineurs incarcérés au sein des prisons centrales du pays.

Le projet est appelé ‘’Youthmobile Gabon’’, celui-ci donnera, à plusieurs jeunes gabonais détenus dans les prisons centrales du pays, la chance de pouvoir développer leur capacité à mettre sur pied des applications mobiles, leur créativité et l’innovation numérique pour réduire le chômage et favoriser leur réinsertion au sortir de leur privation de liberté.

Pour ce premier jet, seuls les mineurs de la prison centrale de Libreville bénéficieront de ce projet qui, se déroulera en plusieurs étapes dont, celle consistant à former les agents de la sécurité pénitentiaires qui auront la lourde mission de transmettre ces connaissances aux jeunes incarcérés et sélectionnés à cet effet.

Ensuite la sélection des jeunes prisonniers censé bénéficier de ce programme de formation. Les critères de sélection seront définis d’un commun d’accord par un collège des personnes jugées dignes de le faire.

Plus de 50 jeunes avec un pourcentage d’au moins 10% de jeunes filles incarcérés à la prison centrale de Libreville pourront participés à ce projet pilote.

Le matériels remis était composé de 10 ordinateurs portables de marque Lonovo, 10 câbles de sécurité à code, 1 onduleur, 1 serveur, 2 disques durs externes, 1 vidéo projecteur, 1 routeur et 3 unités centrales portables.

Ce projet de l’UNESCO, en collaboration avec l’Etat gabonais, mérite d’être ovationné au regard de sa visée et du nombre des jeunes qui finissent désocialisés après avoir purgé leur peine.

Vivement que se matériels ne soit pas détourné à d’autres fins.

W. O.,pour la Rédaction d’Éthique Média Gabon


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Journaliste

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.