[Gabon] protestation à l’aide des casseroles : des dégâts significatifs enregistrés

[Gabon] protestation à l’aide des casseroles : des dégâts significatifs enregistrés
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

Lancé mercredi 17 février 2021 dans le but de contester les mesures de lutte contre la covid-19, édictées par le gouvernement, le mouvement  »concert des casseroles » a engendré des dégâts, tants matériels que humains, dans plusieurs provinces du pays. Au nombre de ces dégâts, on peut souligner des poubelles incendiées, des magasins dévalisés et des pertes en vie humaine. C’est une situation qui semble de plus en plus effrayer plus d’un.


L’Estuaire, l’Ogooué Maritime et le haut-Ogooué sont les trois provinces les plus touchées par ce mouvement des casseroles, initié par les populations dans le but de dire non à certaines mesures prises par les autorités pour la lutte contre la propagation du nouveau variant covid-19.

Ces trois provinces touchées par ce mouvement, à la base pacifique, ont enregistrées des dégâts matériels et humains plus ou moins important car, lorsqu’on compte même un seul mort dans les rangs d’une population d’environ 2millions d’habitants, c’est un mort de trop et c’est à regretter.

Pour le cas de l’Estuaire, les dégâts ont été enregistrés dans plusieurs quertiers de Libreville dont, trois quartiers, Nzeng Ayang, Acaie, Plein Orety, derrière la prison, et les Pk qui sont devenus la capitale de ces débordement.

À l’observation, on noterait que malgré la brûlure des poubelles et des pneus, par les populations, sur la voix publique, détruissant ainsi le bitume à certains endroits, et les deux morts enregistrés, les gouvernants et la population de Libreville semblent s’être lancés un bras de fer. Le dernier conseil des ministres en date a pu décrire aux populations la posture du gouvernement qui, ne semble prêt à accéder aux sollicitations populaires ayants occasion ce concert des casseroles, notamment la révision des heures du couvre feu.

La province du haut-Ogooué quant-à elle, c’est égallement illustrée lors de cet évènement par les casses de certains magasins de la ville de Moanda, comme a pu nous le rapporter une source sûre, vidéo à l’appui; en plus des barricades et des incendies sur la voie publique.

Pour le cas de l’Ogooué Maritime, représentée par sa capitale proviciale port-gentil, très connue et réputée pour mener ce type de mouvements populaires, des forts dégâts ont également été notés, avec pour paroxysme l’exploitation d’une grenade qui aurait été déposée par  » X  » dans une église. Ces trois derniers jours ont donc également été mouvementés dans la ville du pétrole.

En effet, comme toutes les localités victimes de cette mauvaise passe, les casses et l’incendie des poubelles sur la voie publique ont été signalé, sans omettre un jeune touché par balle qui, selon certaines sources, aurait été urgemment conduit sur Libreville pour être pris, médicalement, en charge.

Cependant, il est bon de signifier que, cette situation met bon nombre de compatriotes dans une psychose infernale.

<< Avec tout ce qui se passe actuellement, j’ai du mal à envoyer mon enfant à l’école. Le matin, on voit les charbons laissés par les flammes dans la nuit sur la voie public, cela fait peur.>>, a expliqé Cathy Nguema, toute effrayée.

Vivement que le calme perpetuelle revienne dans tous le pays.

W. O., pour la Rédaction d’Éthique Média Gabon


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Journaliste

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.