[Gabon] BST et MCO: une affaire de gros sous gérés sous silence par le Budget, le Trésor et leurs partenaires ?

[Gabon] BST et MCO: une affaire de gros sous gérés sous silence par le Budget, le Trésor et leurs partenaires ?
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

C’est la question que se posent, actuellement, plusieurs agents de l’État en service à l’intérieur du pays, notamment les dernières générations d’enseignants. Beaucoup parmi eux, étant éligibles à la perception de ces BST et MCO, penseraient à une machination qui serait opérée dans le circuit de traitement des dossiers et du paiement, établi entre le Budget, le Trésor public et le partenaire chargé de régler l’affaire au bout du processus. Il appert que depuis plusieurs années déjà, ces gros sous dégagés par l’État pour accompagner ses agents à leurs postes d’affection n’arriveraient plus à bon port. Que se passerait il donc ?

Que se passerait il entre le Budget, le Trésor public et leur partenaire, chargé de la mise à disposition de ces BST et MCO aux ayants droit ?

Par définition, BST et MCO renvoient respectivement au Bon Spécial de Transport et au Maintien en Condition Opérationnelle. C’est un système d’accompagnement mis en place par l’État pour permettre à ses agents,  affectés à l’intérieur du pays, de voyager sereinement avec leurs familles et faire transporter leur matériel, à fin de s’installer et de se mettre en condition dans leurs nouveaux postes.

Pour se faire, il existerait donc un circuit établi, que les concernés devraient suivre pour espérer rentrer en possession de cette aide financière que leur apporte l’État.

Selon certains enseignants des dernières promotions sorties ENS/ ENSET/ ENI etc, notamment les 2018, 2019, 2020…, comme l’exige la procédure, les dossiers de demande de BST et MCO sont déposés, soit au Ministère de l’Education Nationale, qui les achemine au Budget, soit directement et personnellement auprès des services du budget, avec accusé de réception.

Ainsi, une fois traités, les services du budget impliqués dans la chaîne, les transmettre au trésor public, où ils doivent subir un autre traitement avant d’être envoyés à la dépense pour le règlement. Ce serait donc à ce niveau qu’interviendraient les partenaires extérieurs, qui ont la charge de mettre à la disposition des bénéficiaires ce qui leur est destiné.

Malheureusement, selon des informations recueillies auprès de certains de ces enseignants des promotions 2018, 19 et 20, cet argent serait très mal géré entre le budget, le trésor et leur partenaire choisi. Ce serait depuis plus de 4 ans pour les uns et 3 ans pour les autres, que leurs dossiers auraient été déposés avec accusés de réception auprès des services susmentionnés. Malheureusement, à ce jour, personne parmi eux n’a jamais bénéficié de quoique ce soit. Cet accompagnement de l’état ne leur a jamais bénéficié, bien qu’étant éligibles.

Au dernière nouvelle, étant dans le suivi de leurs dossiers, à ces derniers, il leur aurait été signifié que le traitement de leurs dossiers au niveau des services du Budget avait déjà pris fin et que tout aurait été transmis au trésor public pour la suite et la mise à disposition des fonds. Mais, il s’avère que le partenaire, un certain Moussa, n’aurait toujours pas reçu de virement bancaire pour cette opération. Selon les dire de son secrétariat, ses services sont toujours en attente du versement qui devrait lui être fait depuis plusieurs mois, mais qui n’a pas encore été fait. Chaque bénéficiaire serait directement contacté dès que le virement sera effectif.

C’est donc dégoûtés par la balade quotidienne qui leur est infligée, dans le suivi de leurs dossiers, que ces agents de l’État, notamment les enseignants des promotions 2018-19- et 20, étant déjà en vacances, comptent tous regagner Libreville pour se mobiliser et donner de la voie à leur revendication. Revendications pour laquelle n’entendent-ils pas lâcher le moût avant d’avoir bénéficié de leur dû. Car, disent-ils, avoir énormément dépensé pour rallier leurs postes d’affection en lieu et place de l’État.

Sur ce, la question à se poser est donc celle de savoir: quelle voie empruterait cet argent s’il n’arrive pas aux ayants droit?

H.L. de la rédaction d’Ethique Média Gabon


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Éthique Média Gabon

Éthique Média Gabon

Ethiquemediagabon.com est un site généraliste d'actualités; un espace publicitaire, d'annonces et de partage des vues sur la société. L'action sociale est notre leitmotiv.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.