[Gabon] Fait-divers : À Lambaréné, une fille de 19 ans poignarde son amant lors d’une longue épreuve sexuelle

[Gabon] Fait-divers : À Lambaréné, une fille de 19 ans poignarde son amant lors d’une longue épreuve sexuelle
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

C’est au quartier Petit Paris 3 de Lambaréné, chef-lieu de la province du Moyen-Ogooué, que le fait divers s’est produit. Une jeune fille agée de seulement 19 ans a blessé, à coups de couteaux, son amant en plein rapport sexuel jugé trop long par elle car, l’amant aurait mis trop de temps sur elle sans jouir.

Une vue aérienne d’un quartier de Lambaréné, la ville du Grand blanc. © RD

Les raisons de l’acte qui a failli tourner au drame, selon la jeunesse fille agresseuse, sont contenues dans cette expression qui suit:
<<Je ne voulais plus, puisqu’il durait à jouir et il me faisait mal. Ne voulant pas me laisser, j’ai pris le couteau et j’ai menacé de m’en servir s’il ne me laissait pas. Mais il n’a pas compris. C’est ainsi que je l’ai blessé au bras et au pied.>>, a expliqué la jeune fille.

Le fait s’est produit dans la province du moyen-Ogooué, dont la capitale provinciale est Lambaréné, plus précisement au quartier petit paris 3.

La jeune fille aurait rendu visite à son amant, un sujet sénégalais, qui suivait un match de foot-ball à l’issue duquel, se seraient-ils proposés de passer à une partie de sexe en amoureux. Malheureusement, l’exercice étant long et douloureux à supporter pour la jeune fille, car son amant sénégalais serait resté trop longtemps sur elle sans jouir, elle déclara forfait pour que son petit ami cesse l’action. Concentré, l’amant n’ accéda pas à la demande de la fille. Ainsi donc, décida t’elle de se servir d’une arme blanche( un couteau) pour se sauver. Elle l’aurait donc blessé à la fois au bras et au pieds avant de s’échapper.

Heureusement pour lui, l’amant vera sa vie sauve grâce aux voisinage qui vint le secourir suite aux cris qu’il poussait. Il sera donc conduit en toute urgence au centre hospitalier régional de Lambaréné pour des soins.

Cependant, l’agresseuse qui avait déjà pris la fuite après le forfait, se serait fait rattraper par la police de la ville quelque jours après.

C’est là, un énième acte de violence émanant de la jeunesse, qui devrait interppeler à plus d’un titre. Comme c’est drôle qu’une partie de plaisir soit transformer en une partie de violence. Que peut-on comprendre au fond qui pourrait légitimer l’acte de la jeunesse fille ?

W. O., pour la Rédaction d’Éthique Média Gabon


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Journaliste

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.