[Gabon] Des grévistes dispersés au ministère des Eaux et Forêts par les Forces de l’ordre

[Gabon] Des grévistes dispersés au ministère des Eaux et Forêts par les Forces de l’ordre
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

Mardi 1er septembre 2020, les Forces de l’ordre ont, à coups de bombes lacrymogènes, dispersé un attroupement d’agents du ministère des Eaux et Forêts à Libreville. Ces derniers avaient, le 18 juin dernier, initié un mouvement de grève justifié par la réclamation du paiement de certaines primes et le départ de bon nombre de responsables occupant, selon eux, illégalement certaines fonctions dans ce département ministériel.

En dépit de la manière forte utilisée par les Forces de l’ordre, les meneurs du mouvement de grève ont juré de le durcir tant que des solutions concrètes n’auront pas été apportées à leurs revendications. C’est dire que le sit-in observé chaque matin à l’entrée du ministère devrait se poursuivre, tout comme les chants et autres bruitages créés pour se doper le moral et peturber la quiétude qui devrait être de mise en ces lieux, au point d’empêcher les agents non- grévistes de vaquer sereinement à leurs occupations.

C’est pour les dissuader de poursuivre sur cette lancée que les agents des Forces de l’ordre ont été invités à venir procéder à leur dispersion. Dommage!, leurs actes ont été abondamment relayés sur les réseaux sociaux, accablants, comme savent le faire les internautes.

Cependant, il importe de rappeler que la grève, autorisée en République gabonaise, est une action collective consistant à une cessation concertée du travail par les salariés d’une entreprise ou toute autre institution, d’un secteur économique, d’une catégorie professionnelle ou par extension, de toute autre personne productive, souvent à l’initiative Syndicale. C’est une action visant à appuyer les revendications des salariés en faisant pression sur les supérieurs hiérarchiques ou l’employeur, certes, mais il n’est pas permis aux grévistes de troubler l’ordre public ou perturber ceux, des agents, qui n’observent pas comme eux le mouvement de grève et font fonctionner la boîte.

De ce fait, lorsque des revendications se manifestent par l’observation de mouvement d’un mouvement de grève, ce dernier devrait se faire suivant la rigueur légale prévue à cet effet. Toutefois, si elle cesse d’être pacifique et légale, les Forces de l’ordre pourraient être sollicités et amenées à rétablir l’ordre, en poussant les uns et les autres  au respect de l’ordre public.

C’est donc en ce sens que les agents de la Gendarmerie nationale auraient été assignés à déguerpir ces agents grévistes des eaux et forêts, tous couverts du rouge comme le thème du dressing code choisi.

Vivement que des pourparlers soient ouverts afin ce poumon économique, qui est le ministère des eaux et forêts regagne sa quiétude et son harmonie d’antan.

Si on part du principe qu’il n’y a pas d’entreprise, d’économie sans agents ou encore sans ressource humaine, alors ces derniers devraient être traité avec beaucoup d’ attention.

W. O., pour la Rédaction d’Éthique Média Gabon


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Éthique Média Gabon

Éthique Média Gabon

Ethiquemediagabon.com est un site généraliste d'actualités; un espace publicitaire, d'annonces et de partage des vues sur la société. L'action sociale est notre leitmotiv.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.