[Gabon] Département des plateaux : les jeunes cadres et intellectuels s’adressent au Président de la République Ali Bongo Ondimba

[Gabon] Département des plateaux : les jeunes cadres et intellectuels s’adressent au Président de la République Ali Bongo Ondimba
Monument de l'indépendance érigé à la place des fêtes de Leconi
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

Ce ,jour, Dimanche 26 juillet 2020, les jeunes cadres et intellectuels du département des Plateaux, s’estimant oubliés par la République depuis plus de cinq (5) décennies, se sont adressés au Président de la République, Chef de l’État, Ali BONGO ONDIMBA, pour lui dire ce qu’il en ait de leur situation et lui présenter un chapelet des doléances.

Monument de l’indépendance érigé à la place des fêtes de Leconi

LE JOURNAL ÔMITSÂ
ARTICLE N°00119/26/07/20 / lcn / actualités

LETTRE OUVERTE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GABON: DOLÉANCES DES POPULATIONS DES PLATEAUX BATÉKÉ

                    À

Son Excellence, M. Ali Bongo, Ondimba, Président de la République du Gabon.

 Objet: Présentation des doléances des jeunes cadres et intellectuels du département des Plateaux Batéké.

Monsieur le Président de la République, la revue satirique ÔMITSÂ à travers cette lettre ouverte vient à vous pour vous soumettre les doléances actuelles du collège d’intellectuels du département des Plateaux Batéké abandonné par cette république depuis près de 52 ans.

En effet Monsieur le Président, la revue satirique ÔMITSÂ est la voix des sans voix des plateaux Batéké et est par excellence l’avocat des populations de ce département.

Depuis près de 52 ans que notre département souffre d’insultes, de dépréciations, d’erreurs de jugement et de discrimination ethnique pour être le département par défaut du Président de la République.

Il s’avère, Monsieur le Président, qu’après avoir traversé tant de pression et de brouhaha, nous n’avons été récompensés au fil du temps qu’avec des miettes.

Du système du parti unique à nos jours, Monsieur le Président, le département des Plateaux Batéké est l’un des départements à être loyal et à honorer ouvertement et exhaustivement le parti de masse mais aussi à voter à la soviétique aux différentes élections en faveur de ce parti politique.

Qu’avons-nous gagné en échange, sinon d’un sous-développement aigu, d’une cooptation d’élus locaux aux prouesses catastrophiques à peine appréciées dans tout le département et d’une poignée de fils des Plateaux à des postes semi-stratégiques qui posaient à peine les bases d’un semblant de développement dans les plateaux Batéké?

Avec l’avènement de la disparition du Sieur Ngambou Monsieur le Président, une nouvelle classe d’élites a refait surface dans notre département.

Une génération battante et travailleuse qui prône l’excellence et un idéal pour un développement socio-économique durable de notre département.

Cette classe souhaite poser les bases d’un développement durable dans les Batéké Plateaux.

Cependant,Monsieur le Président , on ne peut pas parler de développement durable sans capital humain, sans ressources naturelles et financières.

Cette génération a besoin d’être stratégiquement positionnée dans la gestion de cette nation afin d’acquérir les moyens financiers nécessaires pour mettre en place ce développement.

Votre politique, Monsieur le Président, préconise depuis plus de 7 ans l’égalité des chances et le partage des fruits de la croissance. Est-ce applicable ou appliqué dans les plateaux Batéké?

Hier on pouvait encore parler d’une pénurie d’intellectuels dans les Plateaux, aujourd’hui notre collège d’intellectuels et de génies est complexe et innombrable.

Des enseignants aux médecins, magistrats avocats, docteurs multidisciplinaires,officiers des corps d’armée, administrateurs d’État, juristes, ingénieurs, et bien d’autres qui n’ont guère bénéficié des largesses de cette nation .La plupart d’entre eux, Monsieur le Président, croupissent dans un chômage intermittent.

Nous sommes oubliés à chaque conseil ministériel et pourtant ami fidèle de ce régime mais pauvre et négligé à la fin.

Qu’avons-nous fait pour mériter ce tri? Dans les départements voisins, nous assistons quotidiennement à l’ascension de la jeunesse active et intellectuelle de ces derniers, mais chez nous, c’est l’oubli et la décadence totale.

Si vous n’aviez pas été informé Monsieur le Président, le parti de masse n’a plus tenu de réunion politique dans les Plateaux Batéké depuis juillet 2019.

Les populations confrontées à ce désarroi aigu à tous les niveaux et face à la résurgence de crimes rituels vraisemblablement imputés à certains élus de votre parti ont décidé à l’unanimité de bloquer toute activité de votre parti dans notre département.

Ce parti subit une mort lente dans notre département Monsieur le Président. La «main blanche» qui hier a fait l’objet de louanges et d’allégeances est en train de mourir dans les Plateaux Batéké et surtout à la veille de 2023.

Cette posture, Monsieur le Président aurait un impact considérable sur le candidat que votre parti aurait choisi pour ces élections, car la rupture des populations des Plateaux Batéké avec le parti de masse est visible, tangible et en pleine escalade.

Seul vous, Monsieur le Président, grâce aux changements politiques, économiques et sociaux dans notre département, pourrez sauver ce navire qui chavire.

Ce recadrage, Monsieur le Président de la République débutera par l’insertion de nos meilleures intelligences juvéniles à des postes de directions stratégiques dans ce pays .

Cette étape sans précédent ,Monsieur le Président sera suivie d’un nettoyage politique systématique dans notre département avec l’insertion de jeunes actifs et brillants dans des postes de responsabilités politiques et socio-économiques pour un fonctionnement efficace des affaires courantes dans notre beau et riche département.

En terre teke, il est dit  » *On ne se laisse surprendre que par les premières pluies torrentielles de la saison* ».

En espérant que cette lettre vous parviendra en bonne et due forme, Monsieur le Président de la République, nous nous soumettons à votre autorité pour des réactions promptes à ces demandes des populations des Plateaux Batéké qui, une fois approuvées, redoreront les armoiries de notre département et rendront la fierté à nos populations.

Sur ce, Monsieur le Président de la République, donnons-nous rendez-vous au prochain Conseil ministériel.

Igor Kakoua
Gustave Ololo

La plume intelligente au service des sans voix des Plateaux Batéké.
ÔMITSÂ la ndjourouga!

Vivement que cet appareil lumineux venant des plateaux soit suffisamment audible pour atteindre et faire mouvoir qui de doit.

©Rédaction Éthique Média Gabon


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Éthique Média Gabon

Éthique Média Gabon

Ethiquemediagabon.com est un site généraliste d'actualités; un espace publicitaire, d'annonces et de partage des vues sur la société. L'action sociale est notre leitmotiv.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.