[Gabon] Affaire BR SARL : MVE MBA et le CAPPE face aux épargnants victimes pour la restitution des conclusions des missions au Tchad

[Gabon] Affaire BR SARL : MVE MBA et le CAPPE face aux épargnants victimes pour la restitution des conclusions des missions au Tchad
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

Hier samedi 11 juin 2022, le Congrès des Agents Publics et parapublics de l’État (CAPPE) a réuni les épargnants qui avaient été floués par la défunte société, le Bâtisseur des Richesses (BR SARL), de Yves MAPAKOU. Le but de cette rencontre était la restitution, aux ayants droit, des conclusions des missions effectuées par Emmanuel MVE MBA et sa suite au Tchad, dans le cadre du procès opposant le CAPPE à la CEMAC et la COBAC. Cette séance de restitution s’est faite en présence de plusieurs acteurs politiques et ceux de la société civile, y compris les hommes et femmes des médias.


Tenue à Libreville, c’est la salle Awax du boulevard qui a abrité cette séance de travail, aucours de laquelle le Congrès des Agents Publics et parapublics de l’État (CAPPE) a présenté, aux épargnants victimes de BR SARL, le rapport complet des différentes missions effectuées par son Président National Emmanuel MVE MBA et sa suite.

C’est Lambert NDONG, le Secrétaire Général du CAPPE, par ailleurs rapporteur lors de la mission du Tchad, qui s’est chargé de la présentation dudit rapport, résumé autour de 3 grands axes qui correspondent aux trois missions effectuées entre 2021 et 2022.

Une vue de l’assistance. ©RD. EMG

Par la lecture de ce rapport, on a pu comprendre que la délégation du CAPPE, représentant les épargnants victimes de BR SARL, a effectué au total 3 missions vers Ndjamena.

La première s’est faite entre le 10 janvier et le 15 février 2021. Elle se résumait essentiellement au dépôt de la plainte contre la CEMAC et la COBAC pour instruction et justement.

Du 11 au 27 avril 2022, la même délégation de 6 membres a effectué sa deuxième mission à Ndjamena pour la poursuite de la procédure judiciaire, au terme des 45 jours francs impartis pour la préparation de la défense de chaque partie

Quant-à la troisième mission, elle s’est faite entre le 20 mai et le 4 juin de l’année en cours. Celle-ci avait pour objectif la participation à l’audience du délibéré de cette affaire portée auprès de la cour de justice communautaire de la CEMAC.

Pour conclure la lecture du rapport de leurs missions au Tchad, Monsieur Lambert NDONG, rapporteur au compte de ce périple, a indiqué à l’assistance que le délibéré du procès est prévu pour le 20 octobre 2022.

De ce fait, le CAPPE et les victimes de la défunte BR SARL devraient donc encore croiser les doigts et s’armer de patience pour les 3 mois prochains mois avant d’être fixés sur la suite donnée à leur plainte.

En outre, la prise de parole du Président National du CAPPE, Emmanuel MVE MBA, a permis à l’auditoire de comprendre un certain nombre de choses.

En effet, prenant la parole, M. Emmanuel MVE MBA a relevé <<le comportement fautif, passif et complice des institutions communautaires (CEMAC/ COBAC/ et leurs agents>>, mais aussi << le comportement complaisant de la CEMAC et de la COBAC vis à vis des dirigeants gabonais et leurs institutions.>>, au regard du fait que ces institutions communautaires n’auraient intenté aucune procédure pour interpeller les gouvernants gabonais. Ce qui ressemblerait à une complicité voilée.

Aussi, a-t-il relevé le fait que BR SARL ait existé avec un agrément non conforme à l’activité monétaire et financière qu’il exerçait, et en plus, avec à sa tête un citoyen qui était sous le coup d’un mandat d’arrêt international, en violation de l’article 43 du règlement 01/02/CEMAC-COBAC du 13 avril 2022, interdisant l’exercice de l’activité monétaire et financière à toute personne frappée par une condamnation pour crime.

RAPPEL:

Yves MAPAKOU a été à la fois Directeur Général de la société d’import – export, BR SARL, et membre du conseil d’administration. Il a occupé ces responsabilités en violation des dispositions légales, qui pourtant ne le lui permettaient pas, pour avoir été condamnée en 2013 pour crime sexuel et gracié par le Président de la République.

Dans tous les cas, les 18.000 épargnants floués par les responsables de BR SARL et leurs complices, sous le regard des gouvernants gabonais, réclament que leur soient reversé près de 17 milliards de francs CFA, pour la réparition du préjudice subit par ses derniers. Notons que ce sont plus de 32 milliards de francs CFA investis en terme de capitaux.

UNO


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Éthique Média Gabon

Éthique Média Gabon

Ethiquemediagabon.com est un site généraliste d'actualités; un espace publicitaire, d'annonces et de partage des vues sur la société. L'action sociale est notre leitmotiv.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.