[Gabon] Affaire BR-Sarl: le CAPPE continue son périple

[Gabon] Affaire BR-Sarl: le CAPPE continue son périple
Emmanuel Mve MBA au milieu, veste noire. © RD. EMG
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

Une délégation du congrès des agents publics, parapublics et privés de l’état (CAPPE ) conduite par son président Emmanuel Mve Mba, est sur le point de s’envoler pour Djamena au Tchad. Ce, dans quelques jours pour le délibéré de la cour de justice communautaire, suite à la requête introduite le 03 février 2021 contre la CEMAC et la COBAC pour la non application de la réglementation en vigueur en matière d’institutions bancaires, et par la suite porter le dossier vers la juridiction supérieure régionale afin d’espérer avoir gain de cause.

Dans une affaire dont environ 18.000 personnes ont été roulées,  pour un montant global estimé à environ 32 milliards de FCFA d’épargne disparu dans la nature, sans traces avec les responsables de la microfinance BR-SARL, dit le Bâtisseur des Richesses.

Après plus de 5ans, le congrès des agents publics, parapublics et privés de l’État (CAPPE ) continue de multiplier les stratégies pouvant l’amenant à faire regagner le sourire aux victimes de cette malheureuse manœuvre ayant déjà endeuillée plusieurs familles à ce jour. Le CAPPE s’active donc depuis lors dans l’optique d’obtenir un dédommagement des victimes de BR.SARL enrôlés sur son fichier.

Après le séjour du 20 au 29 décembre 2020 et bien d’autres à ndjamena au Tchad, le congrès des agents publics, parapublics et privés de l’état (CAPPE ), est sur le point de repartir en terre tchadienne pour le délibéré de la cour de justice communautaire suite à la requête introduite le 03 février de l’année en cours.

Pour le Cappe, les institutions financières et communautaires semblent afficher un comportement fautif et passif. Ce qui serait donc l’une des raisons pour eux de porter l’affaire vers la juridiction supérieure régionale.

<<Après avoir constaté le comportement fautif et passif des institutions communautaires ou leurs agents, conformément au droit Cemac et au lien de causalité direct entre le dommage subit par les épargnants et le comportement fautif ou passif de la cobac et la cemac, le CAPPE a décidé de porter cette affaire auprès de la juridiction supérieure régionale>> déclarait Emmanuel Mve Mba, président du CAPPE.

Toutefois, rappelons à toute fins utiles que, l’entreprise de microfinance BR Sarl a exercé au Gabon pendant près de 5, partant de 2011 à 2015. C’est donc à cette dernière date que les responsables de cette structure avaient quitté le pays sans aucune explication et sans retourner aux épargnants leurs dûs. N’ayant jamais été remboursées, depuis lors, ces victimes réunies au sein d’un collectif multiplient, avec l’appui du Cappe, des actions pour récupérer leurs investissements obtenus au bout de leurs efforts et leur souffrance.

Vivement que cette fois-ci, la délégation commise pour ce voyage au Tchad en reviennent avec des bonnes nouvelles et que les uns et les autres rentrent enfin dans leurs droits.

W. O., pour la rédaction d’éthique média Gabon


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Journaliste

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.