[Fait divers] Libreville : tué et jeté dans un lac pour avoir bu quelques bières sans les payer

[Fait divers] Libreville : tué et jeté dans un lac pour avoir bu quelques bières sans  les payer
Image d'illustration/ Gabosep
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

Un jeune compatriote a perdu la vie pour avoir bu des bières dans un bar, sans pouvoir apres les payer. C’est une affaire rocambolesque, digne d’un film d’horreur, dans lequel deux jeunes hommes ôtent la vie à un autre pour avoir bu trois bières sans régler la facture de 1500 FCFA.

Image d’illustration/ Gabosep

Au Gabon, les faits divers sont deviennus monnaie courante. Il ne se passe presque plus un seul jour, sans que l’on parle de ces faits sociaux de mauvais goût. Lorsque c’est pas un viol, cest une vie qui est ôtée pour des raisons et des motivations tout aussi banales qu’insensées, les unes après les autres.

Le récent fait divers dont nous faisons allusion s’est produit, il ya quelques jours à Libreville, précisément au PK10. Un compatriote a été tué et jeté dans un lac pour avoir bu, sans payer, trois bières.

C’est donc pour une facture d’ à peine 1500 FCFA qu’ils tuèrent, sans état d’âme, ce compatriote, pour après tenter de noyer son corps dans un lac, en espérant que leur forfait passe inaperçu.

Il s’agit de Thérence Ondo Ndong et Romuald Mouguingui. À coups de bois et de Lattes, ils ont réussi à oter la vie à leur client insolvable, sieur Cédric Okaké.

Après enquête lancée, ils ont été, comme nous l’ont rapporté nos confrères de la chaîne nationale, Gabon-1ère, arrêtés par la brigade de gendarmerie de Mêlen (PK9).

Ainsi, s’exprimant sur la question, ils ont laisser entendre ce qui suit:

<<… le gars est venu, il était déjà bourré. Il a commandé la bière. On lui a servi trois bières. Il m’a dit après que, petit, je pars déjà. Je lui ais dit que grand, tu ne peux pas partir comme ça, tu n’as pas encore payé. Il a dit, reste là j’arrive, je vais me soulager. Tout d’un coup, je le vois entrain de fuire. Mon frère l’a coupé par l’avant, et moi par l’arrière. On l’a attrapé et on s’est mis à le frapper après mon frère l’a tapé la latte au bras et à la tête, puis il a perdu connaissance. On l’a attaché avec les cailloux et on a jeté le corps dans le lac.>> Ce sont là, des propos Thérence Ondo Ndong au micro de notre confrère Gabon-1ère.

Dans le respect des procédures, les deux présumés criminels étant déjà entre les mains de la gendarmerie, ils devraient pouvoir  comparaître devant le procureur de la République, près du tribunal de première instance de Libreville, ce mercredi 25 mai 2022, afin de répondre de leur acte.

Toutefois, au regard de la recrudescence de ce type de faits dans notre pays, ces derniers temps, il serait mieux que les autorités compétentes prennent des mesures adaptées pour espérer ralentir et réduire, de façon considérable, le nombre et la vitesse avec laquelle ces faits se produisent.

Des peines à la hauteur des actes posés pourraient en être une piste de solution.

La justice devrait pouvoir sévir et tenir ferme, pour espérer décourager des potentiels auteurs de ces actes d’un autre âge.

 

 

CWO


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Éthique Média Gabon

Éthique Média Gabon

Ethiquemediagabon.com est un site généraliste d'actualités; un espace publicitaire, d'annonces et de partage des vues sur la société. L'action sociale est notre leitmotiv.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.