[Enquête Santé] Amissa Bongo de Franceville : un hôpital régional à l’agonie qui manque du nécessaire

[Enquête Santé] Amissa Bongo de Franceville : un hôpital régional à l’agonie qui manque du nécessaire
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

L’hôpital Amissa Bongo de Franceville semble à l’agonie. Il ne se passe presque plus un jour sans que les usagers ne se plaignent du manque d’éléments basiques qu’une structure de santé de sa trempe ne devrait manquer. Des consommables élémentaires, pour des premiers soins, aux plateaux techniques, presque rien n’y existe.

Ils sont nombreux ces patients qui se plaignent des carences observées au centre hospitalier régional Amissa Bongo de Franceville.

Dans le cadre d’une enquête anonyme, menée par notre équipe, il nous a été permis de constater que cette structure sanitaire souffre de plusieurs maux. Partant des consommables de première ligne à certains plateaux techniques, le vide y est notoire.

C’est du moins ce que nous avons pu relever de nos échanges anonymes avec un certain nombre de patients admis dans cet établissement sanitaire à notre passage.

Interrogés sur la situation, ces derniers nous ont confié qu’il serait désormais fait obligation aux malades ou à leurs parents de fournir au personnel soignant un certain nombre d’outils de travail, tels que des gants.

“… lorsque nous avons été admis ici, on nous a demandé d’acheter des gants pour permettre aux infirmières de travailler”, nous a confié l’un d’entre eux, avant qu’un autre, accidenté, nous informe du manque d’appareils de radiologie dans cet hôpital.

Après l’accident, nous avons été admis ici en urgence. Delà, des radios nous ont été prescrites et nous avons été orientés vers une clinique privée pour le faire car, ne pouvant se faire à Amissa Bongo, par manque d’appareils”, a-t-il témoigné malgré lui et alité dans son lit d’hôpital.

Signalons, à toutes fins utiles, que le centre hospitalier régional Amissa Bongo de Franceville est la plus grande structure sanitaire de toute la province du Haut Ogooué, en dépit de toutes ses carences.

Notons également que dans le cadre de cet enquête, nous nous sommes rendus essentiellement dans les services de médecine, chirurgie, laboratoire, mais aussi radiologie. Dans ceux-ci, le manque du nécessaire est palpable.

Pour un cas grave nécessitant une transfusion sanguine, en plus du manque de poches de sang au laboratoire, il est demandé aux parents, non seulement d’en trouver eux-mêmes des donneurs, mais aussi, d’acheter en pharmacie des sacs isothermes (poches vide pour contenir du sang).

Des sacs isothermes contenant du sang.

C’est le même scénario pour placer une perfusion. Là aussi, il reviendrait aux malades de fournir aux soignants des cathlons, des perfuseurs, du sparadrap et même, du coton.

Cependant, dans le souci de mener une enquête juste et équilibrée, nous avons tenté de recueillir les avis du personnel soignant. Malheureusement, ceux qui ont été consultés n’ont pas daigné prendre la parole, pour des raisons méconnues de notre équipe.

Celle-ci est donc là, une situation réelle mais qui semble n’inquiète aucune autorité compétente. Et comme toujours, ce sont les populations qui en paient le prix, quand bien même cette structure serait en voie d’être transformé en centre hospitalier universitaire (CHU).

Vivement que les autorités compétentes jettent un regard sur cette situation, qui perdure, afin d’y apporter une réponse conséquente.

Cependant, l’on pourrait, sans risques de nous tromper, dire que le cas d’Amissa Bongo n’en est pas isolé. Car, le constat est quasiment le même pour les autres structures sanitaires de l’ensemble du pays.

Herman L.


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Éthique Média Gabon

Éthique Média Gabon

Ethiquemediagabon.com est un site généraliste d'actualités; un espace publicitaire, d'annonces et de partage des vues sur la société. L'action sociale est notre leitmotiv.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.