[Éducation] : la mise sous bons de caisse, des enseignants grévistes, donne du carburant pour la poursuite de la grève

[Éducation] : la mise sous bons de caisse, des enseignants grévistes, donne du carburant pour la poursuite de la grève
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

Plusieurs enseignants grévistes ont, ce mois de novembre, été mis sous bons de caisse. Une décision du gouvernement gabonais qui, pour les grévistes, donne du carburant à ce mouvement de grève qui paralyse d’école gabonaise depuis deux mois déjà.

Des enseignants gabonais lors d’une AG au terrain de basket d’Awendje

Depuis deux mois déjà, plusieurs établissements scolaires ne font pas cours sur toute l’étendue du territoire national. La raison est le mouvement de grève lancé par les deux groupements syndicaux du secteur l’éducation dont, la CONASYSED et le SENA.

Un mouvement de grève qui n’est, malheureusement, pas sans conséquence pour les enseignants grévistes. Plusieurs parmi eux ont été frappés ce mois à la poche.

En effet, suite à ce mouvement d’humeur motivé par un cahier charge bien garni, mais qui malheureusement ne fait bouger le gouvernement, ce dernier a, par le canal du secrétariat général de l’éducation nationale, décidé de mettre sous bons de caisse les salaires et pressalaires des enseignants en grève.

Ce qui est une décision très mal perçue et dont les concernés ne semblent prêts à digérer. Selon plusieurs parmi eux, cette décision des autorités gabonaises ne fait que éloigner d’eux l’éventualité d’une levée du piquet de grève.

<<La mise sous bons de caisse fait du gouvernement l’auteur de la poursuite du mouvement de grève au niveau des établissements scolaires.>>, a déclaré, samedi au cours de l’Assemblée Générale tenue à l’école Martine Oulabou de Libreville, Blaise Nkoghe Meye, délégué national aux revendications et au plaidoyers à la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED).

Toutefois, le gouvernement devrait prendre ses responsabilités, afin que la situation soit rétablie et que les enseignants et élèves regagnent le chemin des salles de classes Car, il gagnerait en allant en négociation avec les partenaires sociaux qu’en procédant par réprimande système, même à tort parfois.

Warren OKOLO


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Journaliste

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.