[Éducation] Gabon: les raisons du report des concours internes d’entrée à l’ENS et à l’ENI

[Éducation] Gabon: les raisons du report des concours internes d’entrée à l’ENS et à l’ENI
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

 

Les épreuves, des concours internes d’entrée à l’École Normale Supérieure (ENS) et l’école normale des instituteurs (ENI), n’auront plus lieu ce mardi 22 mars 2022. Elles ont été repoussées pour une date ultérieure. On parle du mois d’avril. Cependant, quelles sont les raisons ayant motivé les parties prenantes: ministère et partenaires sociaux, à décider du report de la tenue de ces concours ?

Pourquoi les responsables syndicaux ont-ils sollicité de leur tutelle le report de la tenue des concours internes d’entrée à L’ENS et l’ENI?

À cette interrogation, les réponses sont claires. Les partenaires sociaux à l’éducation nationale, notamment les responsables des syndicats de ce département ministériel, ont sollicité du ministère le report de la tenue des concours pour des raisons très pertinentes et logiques. Ils entreverraient une opacité et du copinage à plusieurs niveaux de l’organisation.

Cependant, les motifs évoqués sont, entre autres,

– l’indisponibilité des listes. Celles-ci n’étant pas encore affichées, ne peuvent donc pas être consultées par les candidats, qui devraient préalablement les consulter et se rassurer que leurs noms y figurent.

– le délais à prévoir pour les recours. De ce fait, si recours il ya, ils ne peuvent être faits qu’après affichage des listes nominatives des candidats dont les dossiers ont été retenus, pour la participation à ces concours. Un délais, après la mise à disposition des listes au public,  est donc à prévoir.

 Aussi, selon les informations parvenues à notre rédaction (ethiquemediagabon.com), la planification desdits concours n’a finalement pas prévu la participation des Conseillers et Inspecteurs pédagogiques du second degré, telle que initialement proposée. Ce qui est un problème à préalablement traiter.

À celà, s’ajoute la problématique question de la composition des jurys. Celle-ci devrait être faite en toute transparence et avec l’implication de toutes les parties concernées : Ministere et partenaires sociaux.

Or, à ce qu’il semble, le secrétariat général du ministère de l’éducation nationale, à la tête duquel est Théodore KOUMBA, se serait arrogé le droit de tout faire à huit-clos et de façon unilatérale.

Rappelons que <<la confection des jurys doit être conforme au protocole d’accord signé entre les différentes parties.>> tel que nous l’a signifié un des acteurs de ce secteur.

Pour finir, il serait reproché aux organisateurs de ces concours le manque de communication et d’informations pratiques, sur la faisabilité et l’organisation autour des centres de composition, des jurys et de la logistique.

Pour des concours internes, tels que ceux de l’ENS et l’ENI,  qui mettent en stage plusieurs agents de l’état, les choses autour de leur organisation et leur tenue devraient être bien élaborées et bien clarifiées pour se départir des éventuelles magouilles, souvent reprochées aux organisateurs de plusieurs concours en République Gabonaise.

 

 

UNO


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Journaliste

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.