[Découverte] Mouila: la jeunesse trouve son compte dans la vente du sable extrait du fleuve Ngounié

[Découverte] Mouila: la jeunesse trouve son compte dans la vente du sable extrait du fleuve Ngounié
LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

À défaut de l’éléphant on se contente de l’hérisson”, dit-on. C’est ce que tente de faire la jeunesse de Mouila, en vendant du sable de construction qu’ils extraient des eaux de la rivière Ngounié, à défaut d’attendre d’obtenir un hypothétique emploi de bureau ou dans une grande entreprise de la place. Une initiative qui pourrait être une approche économique salutaire et encourageante.

Des jeunes en plein chargement, d’un canter, du sable tiré des profondeurs de la Ngounié. ©RD. EMG

Dans la ville de Mouila, la capitale provinciale de la Ngounié, ils sont nombreux ces jeunes qui, à défaut de voler, braquer ou encore attendre de trouver un emploi de rêve, ont trouvé une idée de génie qui leur permet, au quotidien, de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs petites familles.

En effet, dans l’optique de se trouver une activité génératrice de revenues, les jeunes de Mouila ont jugé bon d’exploiter une richesse mise à leur disposition par la nature.

Il s’agit du sable fin qui sert à la construction des habitations dans la ville.

Selon le rendu des échanges de la rédaction d’Ethique Média Gabon avec certains d’entre eux, l’activité ne serait pas facile, mais quand-même assez rentable pour eux, dans la mesure où elle les aide à prendre soin d’eux et des leurs.

Ce travail que nous faisons au quotidien n’est pas du tout facile. Car, il faut plonger et aller en profondeur avec un seau vide pour le remplir de sable et remonter avec à la surface, afin de verser le contenu dans la pirogue jusqu’à ce qu’elle se remplisse…” nous a confié un de ces jeunes battants, avant de poursuivre avec les détails de leur activité.

Ceci dit, l’activité de vente du sable extrait de la Ngounié consiste, dans un premier temps, à s’organiser en groupe de 2, 3, 4 voir 5 ou 6 personnes et avoir des seaux métalliques et une ou des pirogues.

Ensuite, il faudrait aller au large sur la pirogue, avec des tâches réparties entre les membres du groupe. D’aucuns attendront sur la pirogue pour faire la chaîne, pendant que d’autres plongent avec des seaux qu’ils remplissent de sable avant de remonter à la surface pour le déversement dans la pirogue, tout en permutant de temps en temps.

Une fois la pirogue remplie, elle est ramenée au bord de la rivière pour être déchargée afin de constituer des tas de sable prêts à la vente.

C’est à ce moment qu’intervient une autre catégorie d’acteurs qui sont des chauffeurs de canters et des camions.

Ces derniers sont chargés de prendre le sable et aller le livrer à leurs différents clients, moyennant d’une somme d’argent versée par le client.

Ainsi, cet argent est divisé entre les extracteurs de sable, qui sont eux-mêmes les chargeurs, et les chauffeurs des canters ou camions sous la base d’un pourcentage qui varie entre 60 à 70% pour les premiers cités, et 30 à 40% pour les seconds.

Pour ce qui est du prix du tas de sable, il est estimé à 20.000 FCFA pour des petits canters à 6 roues en saison sèche et 40.000 FCFA en saison des pluies.

Des camions, quant-à eux, sont chargés à 50.000 FCFA en saison sèche et 80.000 FCFA en saison des pluies.

À noter que cette différenciation des prix, adaptée aux saisons, serait dûe à la montée ou la baisse des eaux selon les saisons.

Cependant, il faudrait signaler que cette activité n’est malheureusement pas sans risques. À en croire aux dires de ces jeunes, il y a quelques années en arrière, ils auraient perdu un des leurs en plein activité. “ Ils avaient plongé pour prendre du sable et n’était jamais revenu comme on espérait” nous ont-ils confié avec peine.

Mais, malgré les risques de cette activité et le chômage qui sévit la jeunesse de cette partie du Gabon, celle-ci apparaît très engagée et ne se décourage pas. Elle semble plutôt avoir trouvé une source d’espoir et l’exploite très bien jusqu’à ce que le destin en décide autrement.

C’est donc là, un moyen pour la rédaction d’éthique média Gabon de souhaiter bon courage à cette jeunesse battante, qui nous montre qu’il n’y a pas que le bureau qui donne de l’argent.

UNO


LIKEZ / PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !
Éthique Média Gabon

Éthique Média Gabon

Ethiquemediagabon.com est un site généraliste d'actualités; un espace publicitaire, d'annonces et de partage des vues sur la société. L'action sociale est notre leitmotiv.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.